Puy-de-Dôme : A Luxfer, la colère monte entre salariés et direction à Gerzat

Les salariés et anciens salariés de Luxfer se sont rassemblés devant les locaux de l'entreprise. / © Sandrine LUBIENICKI
Les salariés et anciens salariés de Luxfer se sont rassemblés devant les locaux de l'entreprise. / © Sandrine LUBIENICKI

Salariés et anciens salariés étaient rassemblés ce matin devant l'usine Luxfer à Gerzat (Puy-de-Dôme). Ils estiment que le directeur général Guy Leblond ne remplit pas ses obligations vis-à-vis des salariés licenciés et se plaignent de "provocations" de sa part.

Par Solenne Barlot

Les salariés et anciens salariés de Luxfer à Gerzat (Puy-de-Dôme) se sont rassemblés vendredi 18 octobre au matin devant l'usine. Ils étaient entre 80 et 100 à protester, selon la mairie de Gerzat. Ils accusent le Directeur Général Guy Leblond de ne pas respecter les termes du Plan Sauvegarde Emploi mis en place à la suite du licenciement de 120 salariés en juin dernier. La décision de la direction de ne plus laisser les anciens employés accéder au site, où ils sont normalement reçus par les dix élus syndicaux toujours en poste pour un accompagnement dans leur démarches pour l'emploi, a mis le feu aux poudres.
"Il y a beaucoup de manquements de la part de la direction. Les conventions de stage ne sont pas signées, les formations pas payées, et Monsieur Leblond ignore nos mails et nos demandes", regrette Sandrine Lubienicki, représentante sydicale de la CFDT à Luxfer. Elle pointe également du doigt le comportement du directeur qu'elle juge méprisant et provocant : "Il nous dit qu'on ne sert à rien, qu'on ne comprend rien. Psychologiquement c'est épuisant. On perd déjà notre travail, on n'a pas besoin en plus d'être provoqués !" Elle affirme avoir signalé le problème à la médecine du travail, mais les courriers qui ont suivi seraient restés sans réponse de la part du directeur.

Le dialogue rétabli ?

Quelque 4 représentants syndicaux ont pu rencontrer Guy Leblond en présence du maire de Gerzat Jean Albisetti. Ce dernier se dit satisfait de l'issue de cette réunion et affirme que le dialogue a été rétabli : "On avait mal débuté, mais Monsieur Leblond a accepté de négocier sur quelques points. Au bout d'une heure, tout le monde semblait satisfait. Ils ont convenu d'une rencontre mensuelle entre direction et syndicats."  Sollicité, le directeur n'a pas souhaité faire de déclaration. 
 

Sur le même sujet

Jumbo au cirque Muller le 17 août 2017

Les + Lus