• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

TOP 14. Après sa victoire contre Perpignan, l’ASM Clermont Auvergne devient champion d’automne

L'ASM a dominé le match contre Perpignan (37-16) et devient ainsi champion d'automne. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP
L'ASM a dominé le match contre Perpignan (37-16) et devient ainsi champion d'automne. / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

L’ASM Clermont Auvergne a remporté le match contre Perpignan du samedi 29 décembre (37-16). Le club clermontois est en tête du classement du Top 14 et champion d’automne.

Par AFP

Clermont est assuré de boucler la phase aller du Top 14 en tête du classement après son succès bonifié à Perpignan (37-16), loin, très loin devant Castres, champion battu pour la 3e fois d'affilée à La Rochelle (53-27) et qui voit les barrages s'éloigner journée après journée.
 


                Il n'y a pas eu de surprise à Aimé-Giral: l'Usap, lanterne rouge incapable de gagner un match depuis le début de la saison, n'a pas pu faire grand-chose face à la maîtrise de l'ASM, qui s'est assuré le point supplémentaire avec un 4e essai signé Peceli Yato à un quart d'heure du terme.

                L'ASM compense ainsi les points concédés à domicile face à Toulouse (20-20) le week-end précédent et confirme son début de saison quasi-parfait avec 48 points sur 65 possibles.
 

                Son dauphin provisoire, en attendant le résultat de Toulouse dimanche face à Toulon, s'appelle La Rochelle, qui n'a plus perdu depuis exactement trois mois lors d'un déplacement à Bordeaux (34-22). L'équipe du nouveau directeur sportif néo-zélandais Jono Gibbes a aligné contre Castres une 7e victoire de rang avec, cerise sur le gâteau, un bonus offensif qu'elle n'avait jusqu'ici décroché qu'une fois.


               Castres, champion mal en point 



                Les barrages s'éloignent de plus en plus pour le champion castrais, battu pour la 3e journée d'affilée et qui semble subir le même sort que ses prédécesseurs (Stade Français, Racing 92, Clermont), dont la saison post-titre s'était transformée en calvaire.

                Battu dans les grandes largeurs, comme par Bordeaux-Bègles une semaine auparavant (32-13), le CO n'a plus rien de la machine de guerre du printemps dernier et compte désormais 7 longueurs de retard sur le peloton des derniers barragistes (Lyon, Racing 92, Stade Français), tous trois à 36 points avant le déplacement du club des Hauts-de-Seine dimanche à l'UBB.

                Si Lyon a aisément (52-20) battu Agen, décimé par les blessures, les Parisiens ont tremblé jusqu'au bout face à Grenoble (23-20): le buteur isérois Gaëtan Germain a raté la pénalité du match nul à la 78e minute.

                Dominateurs, les avants parisiens ont sauvé le club de la capitale, mené 17-0 après 20 minutes de jeu avant de revenir dans le match juste avant la pause et de prendre l'avantage en début de seconde période sur un essai de pénalité (45e, 20-17).

                Joueur, entreprenant, Grenoble n'est récompensé que par le bonus défensif. Le FCG prend provisoirement la 11e place à Pau, qui se déplace dimanche à Montpellier, avec une unité de plus que les Béarnais et trois de plus que les Agenais (13e).
               
 

Sur le même sujet

Interview du Général Pierre-Joseph Givre, commandant de la 27e BIM

Les + Lus