Élections législatives 2022 : la majorité présidentielle en net recul en Auvergne

Publié le
Écrit par Guillaume Gorgeu .

Le 1er tour des élections législatives 2022, ce dimanche 12 juin, est marqué en Auvergne par un recul de la majorité présidentielle, au profit des candidats de la Nupes et des Républicains. En effet, sur les 12 circonscriptions, 8 candidats Ensemble se sont qualifiés au second tour, sans être en tête. Côté Nupes, 7 sont sortis premiers de leur circonscription, 5 du côté Les Républicains.

"Un reflux de la majorité présidentielle plus important qu’à l'échelle nationale." C’est l’analyse faite par Mathias Bernard, politologue et président de l’Université Clermont Auvergne, pour résumer le 1er tour des élections législatives 2022 en Auvergne. En effet, si l’abstention attendue, a bien eu lieu à l’échelle nationale comme en Auvergne, la surprise dans les quatre départements auvergnats est le fort revers perçu par les candidats de majorité présidentielle face à ceux des partis de la Nupes et des Républicains.

4 candidats Ensemble éliminés

Aucun des douze candidats d’Ensemble n’est arrivé en tête. La députée sortante, Bénédicte Peyrol illustre ce bond en arrière, dans la 3e circonscription de l'Allier. "Elle perd plus de 10 points, d'un scrutin à l'autre et du coup, elle se retrouve en 2e position derrière un candidat Les Républicains, ce qui n’était pas forcément attendu" note Mathias Bernard. Ce jeu des vases communicants profite à sept candidats de la Nupes et à cinq représentants des Républicains, arrivant en tête dans les douze circonscriptions.

Deuxième enseignement de ce premier tour, et autre signe de cet échec, quatre candidats de la majorité présidentielle sont directement éliminés. Parmi ces perdants, la grosse surprise est l’élimination de la députée sortante, Laurence Vanceunebrock, dans la 2e circonscription de l’Allier. Elle termine derrière la candidate Louise Heritier (NUP, 21,84%) et Jorys Bovet (RN, 19,14%).

C’est également en Haute-Loire que les candidats d’Ensemble ne verront pas le second tour des législatives. "On voit que dans les départements les plus ruraux, notamment le Cantal et la Haute-Loire, les députés sortants républicains sont plutôt en position de consolider" leur place remarque Mathias Bernard. C’est aussi le cas d'ailleurs, globalement des des députés sortants de l’opposition. Dans le Puy-de-Dôme, Christine Pirès Beaune et André Chassaigne cumulent plus de 40%.

Le Rassemblement National gagne du terrain

Enfin, le troisième enseignement de ces élections, à l'échelle de la région, c’est la progression marquée du Rassemblement national, qui se qualifie dans deux circonscriptions. Jorys Bovet dans la 3e circonscription de l’Allier, et Brigitte Carletto dans la 5e circonscription du Puy-de-Dôme. "Elle progresse selon les circonscriptions, de 4 à 6 points" précise Mathias Bernard.

Alors comment expliquer ce désaveu de la majorité présidentielle ? "Cela tient sans doute au fait que les députés sortants avaient été élus il y a cinq ans sans avoir forcément de socle d'implantation solide. Passant le plus clair de leur temps à Paris, au Parlement. Il y a sans doute eu un manque de proximité qui explique peut-être cet affaiblissement" analyse Mathias Bernard.

Il faudra attendre une semaine, pour voir si les enseignements de ce 1er tour se confirment lors du second tour.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité