Puy-de-Dôme : la Société des Eaux de Volvic signe un accord pour réduire ses prélèvements d'eau

Alors que la société des Eaux de Volvic est parfois accusée de pomper trop d'eau, ce jeudi 23 septembre, un accord a été signé avec le préfet du Puy-de-Dôme pour la signature d'un plan d'utilisation rationnelle de l'eau. La société Volvic s'engage à réduire ses prélèvements de 10% puis 20% en 2025.

Ce jeudi 23 décembre, un plan d’utilisation rationnelle de l’eau (PURE) a été signé par la Société des Eaux de Volvic (SEV) et la préfecture du Puy-de-Dôme, à Volvic. La société s’est donc engagée à réduire significativement ses prélèvements, jusqu’à -20% en 2025, selon la préfecture : « La SEV s’engage ainsi à réduire les volumes d’eau prélevée sur l’année de façon pérenne, mais également en période de tension sur la ressource. Ce plan conduit à des réductions de 10 % de l’autorisation annuelle de prélèvements pour les trois prochaines années. Ces réductions seront réévaluées à - 20 %, à partir de 2025, date à laquelle le projet de recyclage des eaux de process au sein de l’usine (projet REUSE) doit être pleinement déployé. »

Des réductions de l'utilsation industrielle de l'eau

Au-delà de ces engagements structurels, la Société des Eaux de Volvic s’engage à participer à l’effort collectif en appliquant des mesures spécifiques de réduction des prélèvements d’eau dans la nappe Volvic en cas d’alerte sécheresse et d’alerte sécheresse renforcée. Seule l'eau industrielle est concernée : « Cette réduction est liée à des opérations que l’on mène depuis un certain nombre d’années qui nous permettent de réduire l’eau que l’on utilise pour rincer ou nettoyer nos machines. Cette eau que l’on n’utilise plus nous permet de réduire l’ensemble de nos prélèvements annuels », explique le directeur des usines de Volvic Jérôme Gros.

"Il serait plus simple d’attendre les conclusions de l’expert qui travaille depuis 4 ans"

Ces annonces ont surpris un pisciculteur de Saint-Genest-l'Enfant, Edouard de Féligonde. Il accuse la société Volvic de trop pomper et de vider les nappes phréatiques. Il a saisi la justice et il se demande pourquoi cette réunion, et pourquoi maintenant : « Comment se fait-il que ce plan qui s’appelle PURE, dont je n’ai jamais entendu parler, pour lequel on ne nous a remis aucun document fasse l’objet d’une conférence de presse et d’une signature aujourd’hui alors qu’il serait plus simple d’attendre les conclusions de l’expert qui travaille depuis 4 ans sur le domaine ? »

Avec ce plan, la société des Eaux de Volvic s'engage aussi, en cas de sécheresse, à diminuer de 5% ses prélèvements mensuels. Mais pour Corinne Lepage, l'avocate du pisciculteur, cette signature est un coup de communication : « On nous montre une grande bienveillance de Volvic qui, par contrat, accepte, en période de sécheresse, de baisser de 5% ses prélèvements. C’est formidable puisque en période de sécheresse ils sont autorisés à prélever beaucoup plus d’eau alors que les autres sont autorisés à en prélever beaucoup moins. Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles ».

Economiser l'eau

La société des Eaux de Volvic aurait-elle un statut privilégié aux yeux de l'Etat ? Le Préfet du Puy-de-Dôme Philippe Chopin réfute tout favoritisme : « De la part de l’Etat, il n’y a jamais eu aucun favoritisme. On traite Volvic comme les autres sociétés. On fait les contrôles comme il faut les faire, on leur demande des choses quand il faut leur demander des choses… L’idée d’économiser l’eau, elle est généralisée, je crois qu’elle est bien rentrée dans la tête de la population ». Suite à ce plan d'utilisation rationnelle de l'eau, un arrêté préfectoral doit être pris dans les prochaines semaines.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie environnement nature