Puy-de-Dôme : une centrale photovoltaïque redonne vie à un ancien site minier

A Saint-Eloy-les-Mines, dans le Puy-de-Dôme, l’ancienne friche industrielle minière fermée depuis la fin des années 70 est transformée depuis août dernier en parc photovoltaïque. Elle fournit l’équivalent de la consommation électrique des trois quarts des habitants de la commune.
 

A Saint-Eloy-les-Mines, dans le Puy-de-Dôme, une centrale photovoltaïque a remplacé les puits miniers.
A Saint-Eloy-les-Mines, dans le Puy-de-Dôme, une centrale photovoltaïque a remplacé les puits miniers. © Julien Lecoq / FTV
Dans le Puy-de-Dôme, à Saint-Eloy-les-Mines, les panneaux solaires ont remplacé les terrils : un pays de charbon devient un pays d’électricité verte. L’histoire des mines de la commune commence au XVIIIe siècle. Mais le dernier puits ferme le 31 décembre 1977 et les mines sont démantelées. Ce site de plus de 20 hectares est alors laissé à l’abandon. Xavier Permingeat, chef de projet du parc photovoltaïque de Saint-Eloy-les-Mines, explique : « On est aujourd’hui sur 7,5 hectares. C’est un projet qui au départ faisait 22 hectares mais on l’a réduit considérablement à cause d’espèces protégées qui étaient présentes sur la forêt ».

Réhabiliter une friche industrielle

Aujourd'hui 12 000 panneaux photovoltaïques recouvrent la friche minière. Xavier Permingeat précise : « Il y avait peu d’usages possibles sur un terrain comme celui-ci. Il y a des galeries de mine jusqu’à 80 cm en dessous du sol donc on ne pouvait pas faire d’autres activités finalement. C’est une friche industrielle et l’idée d’un tel projet est de réhabiliter un terrain qui n’a pas d’autre usage pour produire de l’énergie propre avec tout le symbole que cela représente de produire de l’énergie issue du photovoltaïque sur une ancienne mine de charbon ». Près de cinq millions d'euros ont été investis. La pertinence environnementale et la valorisation d'un ancien site minier ont permis au projet de Saint-Eloy-les-Mines de bénéficier d'une aide gouvernementale.

Trois quarts de la consommation d'électricité de la ville produits

Paul-François Croisille, directeur général adjoint de NEOEN, un producteur indépendant d'énergie, indique : « Cette aide est surtout une garantie sur un prix sur la durée. Je pense que sur la durée des 20 ans du contrat que nous avons, les prix de l’électricité augmentant, l’électricité qui sera produite ici sera sans doute un jour moins chère que les prix du marché. Par contre, nous savons que par le prix auquel elle est vendue pendant 20 ans, grâce à cette sécurité, on a pu financer ce projet ». Le parc sera entretenu par le pâturage de moutons. En service depuis août 2019  le site produit une énergie de 6 giga watts par an, soit la consommation des trois quarts de la population de Saint-Eloy-les-Mines.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergie environnement écologie énergies renouvelables