Puy-de-Dôme : les cueilleurs de morilles sont de sortie

Un amateur de morilles en quête de champignons, quelque part dans le secteur d'Aydat, dans le Puy-de-Dôme. / © Christian Darneuville
Un amateur de morilles en quête de champignons, quelque part dans le secteur d'Aydat, dans le Puy-de-Dôme. / © Christian Darneuville

Avec le printemps, on les voit fureter, un sac à la main ou un panier au bras. La chasse aux morilles a repris. Les connaisseurs sont à l’affût. La morille est un champignon prisé, mais dont la cueillette est aléatoire.

Par Sandrine Montero avec Christian Darneuville

Devant sa voiture garée le long d'une route près d'Aydat dans le Puy-de-Dôme, Fabrice Maleo montre le contenu de sa cueillette, encore un peu maigre.
« Cette année, c’est pas évident. Elles sont un petit peu en retard, elles ne sortent pas quand il faudrait sortir. Donc là, je vais monter un petit peu plus haut, on va bien voir. C’est du morillon, de la morille à longue queue. Après, il y a la vraie morille qui a une toute petite queue et une grosse tête. Mais elles ne sont pas encore sorties, du moins pas ici. Pourtant il y a tout ce qu’il faut, de l’eau, du soleil », raconte ce Clermontois, ravi de s’oxygéner après l’hiver.

Fabrice Maleo a trouvé quelques champignons ce jour-là. / © Christian Darneuville
Fabrice Maleo a trouvé quelques champignons ce jour-là. / © Christian Darneuville

Premières cueillettes de printemps dans le Puy-de-Dôme / © Christian Darneuville
Premières cueillettes de printemps dans le Puy-de-Dôme / © Christian Darneuville

Pas facile à trouver... la morille est un champignon de printemps rare mais prisé pour son goût si particulier. « Avec une tranche de veau et de la crème, c’est très bon. C'est le summum ! », salive déjà Fabrice Maleo qui rappelle toutefois quelques principes de base. Riche en fibres et en protéines, elle doit être consommée bien cuite car elle contient une substance toxique qui disparaît à la cuisson. Et il ne faut surtout pas la confondre avec le gyromitre dont l’ingestion peut être mortelle.

Un champignon qui se mérite


Un champignon au chapeau alvéolé qui pousse notamment dans les endroits frais et humides, sur des sols remués ou incendiés. « On les trouve près d’un cours d’eau parce qu’il y a plus d’humidité et souvent aux endroits où il y a des taillis » observe cet amateur de morilles, qui conseille aussi d’adapter sa déambulation au relief du terrain.  « On voit juste la tête qui dépasse et encore, parfois, on voit juste la feuille qui se soulève. C’est pour ça que quand on ramasse les champignons, on les ramasse toujours dans le sens de la montée, jamais dans le sens de la descente sinon on ne les voit pas ». La morille est décidément un champignon qui se mérite !

Puy-de-Dôme : comment trouver des morilles ?
Intervenant : Fabrice Maleo, cueilleur de champignons et amateur de morilles - Christian Darneuville, Marie-Lou Robert, Damien Salmon, Amélie Després


Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus