Vos réactions après le renvoi du dossier de la Chaîne des Puys par l'Unesco

Même sans le classement au "patrimoine mondial de l'humanité", la Chaîne des Puys ne reste-t-elle pas considérablement attractive ? / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Même sans le classement au "patrimoine mondial de l'humanité", la Chaîne des Puys ne reste-t-elle pas considérablement attractive ? / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

C'est encore "non". Le 40e comité de l'Unesco réuni à Istanbul a renvoyé le dossier de "la Chaîne des Puys-Faille de Limagne", lui refusant pour l'instant d'intégrer la prestigieuse liste du "patrimoine mondial de l'humanité". Une décision suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. 

Par Alice Robinet

"Oui au béton, non aux volcans ?"


Parmi les messages que vous avez posté sur les réseaux sociaux, plusieurs d'entre-vous s'interrogent : pourquoi l'oeuvre de Le Corbusier intègre-t-elle le patrimoine mondial, tandis que les volcans sont refusés ? 




Quoique l'on pense des constructions de Le Corbusier, dont l'apport à l'architecture contemporaine est considérable, rappellons que les qualités esthétiques ne constituent pas l'un des dix critères pour intégrer la liste...

Pour l'Auvergne, le critère qui correspond le mieux est le VIII : "être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l'histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d'éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification". 

D'autre part, le succès de la candidature de Le Corbusier peut aussi être un motif d'espoir : il a fallu trois tentatives et treize ans de travail pour faire aboutir le dossier. Pour la Chaîne des Puys, ce n'est "que" le second examen. Jamais deux sans trois ? 

"On le mérite ! "


Peut-être, mais encore faut-il pouvoir le prouver... Hier, l'UICN, Union internationale de conservation de la nature, a retoqué le dossier auvergnat, ce qui ne constituait pas une surprise. Et son avis est le plus souvent suivi par l'Unesco.






"On reviendra !"


Certains ne desespèrent pas : la décision de l'Unesco étant celle du renvoi, le dossier pourra à nouveau être présenté devant un comité.

Pour rappel, la France a trois ans pour décider -ou non- de sélectionner la candidature auvergnate. Cela pourrait se faire dès l'an prochain en Pologne.

Dans ce cas, le projet devra être retravaillé, notamment pour exclure du tracé les deux carrières de pouzzolanne, qui ont suscité l'opprobre hier soir. Et la "valeur universelle exeptionnelle" devra encore être prouvée. Pour l'instant, seule sa "potentialité" a été admise... 




"Il y a mieux !"


Voix qui tranche dans ce flot de chauvinisme auvergnat. Pour Mérylou, il faut être réaliste. Oui, la région est belle, "mais au niveau mondial, il y a plus impressionnant ". 

 


 



Sur le même sujet

Lyon : nouveau dérapage du Petit Paumé

Les + Lus