Cet article date de plus de 5 ans

Le président de SOS Racisme Rhône-Alpes mis en examen pour "viol et violences conjugales"

Le président de SOS Racisme Rhône-Alpes,  Amar Thioune, en 18 ème position sur la liste PS en Isère, a été mis en examen pour "viol et violences conjugales".Son épouse a porté plainte. Il conteste formellement les faits. Une information judiciaire est ouverte.    
L'information est révélée par le quotidien "Le Dauphiné libéré"  : Amar Thioune, président de SOS Racisme Rhône-Alpes, en 18e position sur la liste
du PS aux régionales en Isère, a été mis en examen pour viol et violences conjugales. 


"Les faits sont contestés et il bénéficie de la présomption d'innocence", a souligné Jean-Yves Coquillat, procureur de la République à Grenoble, confirmant une information du quotidien Dauphiné Libéré. "Son épouse a déposé plainte et une enquête a été diligentée. Comme les faits sont contestés, on a ouvert une information judiciaire" confiée à un juge d'instruction indépendant, a précisé le magistrat.Placé en garde à vue lundi, M. Thioune a été mis en examen pour viol et violences sur conjoint et laissé libre sous contrôle judiciaire le lendemain.Le procureur a assuré que cette affaire avait "été traitée comme les autres". "L'activité de la juridiction ne s'interrompt pas quand il y a une campagne électorale", a souligné M. Coquillat.

"Une volonté de me nuire politiquement" - Amar Thioune -


Les faits en cause remontent à la nuit du 7 au 8 octobre. L'épouse de M. Thioune, avec qui il est en procédure de divorce, l'accuse de lui avoir imposé une relation sexuelle. Pour se défendre, elle l'aurait mordu et il lui aurait alors infligé des violences physiques."Tout ce dont mon épouse m'accuse est mensonger. C'est une volonté de me nuire politiquement", a rétorqué M. Thioune à l'AFP, affirmant que sa femme avait sollicité des amis communs pour "qu'ils fassent de faux témoignages sur moi".

Ancienne conseillère municipale de Grenoble, "elle en veut à tout le monde d'avoir perdu" aux dernières municipales où elle se présentait sur la liste de Jérôme Safar (PS), a-t-il ajouté."Elle savait qu'en faisant ça, ça pouvait avoir des conséquences sur ma vie professionnelle, personnelle et politique. Ce n'est pas anodin que ça sorte à la veille des élections régionales", a estimé M. Thioune, ajoutant qu'il militait "depuis quinze ans pour la défense des droits des femmes".

Âgé de 44 ans, employé du conseil départemental de l'Isère, M. Thioune est président de SOS Racisme Rhône-Alpes, adhérent du Parti socialiste et figure en 18e position de la liste iséroise de Jean-Jack Queyranne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société politique