REPLAY. Enquêtes de Région : découvrez quelques talents prometteurs de la scène musicale d’Auvergne-Rhône-Alpes

Après deux années perturbées par la crise sanitaire, le public reprend le chemin des concerts et des festivals, tandis que les groupes réinvestissent les studios d’enregistrement et les salles de spectacle. C’est toute la scène musicale régionale qui se remet en mouvement. Et, à son tour, Enquêtes de région, le magazine des rédactions de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, remet le son et vous fait découvrir quelques talents prometteurs, le Clermontois The Doug et les Aindinois de Glossy Clouds, qui viennent de signer avec des labels internationaux, ou Biscuit Production et ses vidéastes créatifs qui ont réalisé des clips pour Angèle, Vanessa Paradis ou Vianney.

Après plusieurs mois de fermeture, liée à la crise du Covid 19, les lieux de culture ont enfin pu rouvrir le 19 mai 2021. Les artistes ont pu remonter sur scène faire leur métier et retrouver leur public. Mais le secteur est encore convalescent : certains intermittents du spectacle, plusieurs groupes et quelques festivals ont définitivement jeté l’éponge.
Et, à cause du pass sanitaire, des jauges limitées et de la peur du virus, une partie des spectateurs n’a pas retrouvé le chemin des salles (ils étaient 73% à ne pas y être retournés début septembre 2021, selon une étude de l’institut Harris Interactive commandée par le ministère de la Culture).

Dans ce contexte difficile, quelques talents régionaux ont réussi à émerger. Grâce à leur énergie créative. Et grâce aux plateformes et aux réseaux sociaux, qui permettent de se faire connaître, qu’on habite à Clermont-Ferrand ou Bourg-en-Bresse.  

L’indie rock des Glossy Clouds

Le titre s’appelle « Plastic Mustache ». Posté sur Youtube, le clip nous replonge dans les années 1970, avec ses couleurs flashy, ses boules à facettes et ses moustaches en plastique. Un visuel vintage et du gros son, énergique et rock, qui ont tapé dans les yeux et les oreilles d’un producteur anglais, Tim Madgwyk.

C’est ainsi que, en plein confinement, les trois filles et les deux garçons qui jouaient de la musique dans le département de l’Ain sous le nom des Glossy Clouds (« les nuages brillants ») ont signé un contrat avec le label KWS Blank Canvas Music, pour plusieurs albums et deux années au moins de spectacles. « J’ai été frappé par leur originalité », explique Tim Madgwyk. « J’aime leur univers et leur look ».

Dès septembre dernier, les Glossy Clouds ont été invités à enregistrer un premier disque aux Toe Rag Studios de Londres. L’album sortira courant 2022, avec, sur le vinyl, une face A made in England et une face B enregistrée au studio l’Hacienda dans la Loire. Pour Jérôme et Hugo, anciens commerciaux, pour Cécilia, Maëva et Audrey, qui étaient infirmières et libraire, c’est une nouvelle vie d’artistes professionnels qui commence. « Je n’avais jamais chanté, sinon dans ma salle de bains avec ma brosse à cheveux », sourit Audrey. « Moi, je n’avais jamais joué de la musique, sinon de la flûte à l’école », s’amuse Hugo. Et les voilà aujourd’hui projetés sur le devant de la scène internationale…

The Doug et la fusion du rap et de la chanson française

Il habite un appartement qui se trouve au pied de la cathédrale de Clermont-Ferrand. Une adresse de prestige que The Doug a pu s’offrir grâce au contrat qu’il vient de signer avec le label Island Def Jam, propriété de la « major » Universal Music. « C’est un accomplissement », se réjouit le jeune homme de 21 ans. « J’ai maintenant la chance de pouvoir vivre de mon travail ».

La belle histoire a commencé Il y a 4 ans : dans sa chambre, The Doug compose « Lamentable », un rap dépressif guitare-voix. La chanson fait 10 .00 écoutes en deux semaines sur la plateforme Soundcloud et l’artiste est immédiatement repéré par la profession. Dans la foulée, il sort un EP « Extincteur », puis se produit au Printemps de Bourges, où il décroche le prix du public, et aux Francofolies de La Rochelle.

Les confinements n’ont pas eu d’effet sur son irrésistible ascension : en mai dernier, il participe au projet « Les Auvergnats chantent Brassens » sur la scène de la Coopérative de mai à Clermont-Ferrand (où il interprète « La mauvaise réputation ») et joue au festival Europavox, dans le stade de son enfance.

« Il faut rester les pieds sur terre. J’ai confiance, mais il ne faut pas s’emballer», nuance The Doug.. Et de conclure : « Retrouvons-nous dans 5 ans et on verra si j’ai 200 m² de plus dans mon appartement »

L’imaginaire créatif de Biscuit Production

Ils ont filmé Maître Gims juché sur un gigantesque cube vidéo, Jean-Louis Murat à fond sur une mobylette Bleue Motobécane et Louane en héroïne de dessin animé japonais (52 millions de vues sur Youtube). Alexis Magand et Yannick Demaison, cofondateurs de Biscuit Production, ont un incroyable fichier clients : ils ont réalisé les clips ou les fonds de scène de concerts de Vanessa Paradis, Angèle, Patrick Bruel ou Vianney. Le tout en restant à Clermont-Ferrand. « Tout a commencé avec Morgane Imbeaud, du groupe Cocoon », raconte Alexis Magand. « Elle nous a demandé d’illustrer son conte musical « Les songes de Léo » avec un dessin animé de plus d’une heure et on lui a dit oui, alors qu’on n’avait jamais fait d’animation ».

Le résultat est tellement réussi qu’il fait l’avant-première du festival de BD d’Angoulême et qu’il est repéré par Maître Gims. « Les artistes ne viennent pas chercher les deux petits Clermontois que nous sommes ; ils viennent chercher des projets qui leur ont plu », explique Yannick Demaison. « Quand on travaille pour Angèle ou Vianney, la communication se fait tout seul. On n’a pas grand-chose d’autre à faire que de décrocher son téléphone ».

Grâce à Biscuit Production, un petit écosystème s’est constitué en Auvergne, avec des animateurs, des illustrateurs, des réalisateurs… « Nous essayons de faire comprendre aux politiques, aux écoles, aux institutions culturelles qu’il faut mettre en place des projets ambitieux pour conserver cet environnement favorable à la production vidéo », insiste Alexis Magand.

Le tandem rêve de se lancer dans d’autres univers que la musique. « Chaque année, on se dit la même chose ! Et à chaque fois, le téléphone sonne et on repart avec un artiste ».

>> Enquêtes de région "Et on remet le son !", une émission diffusée le mercredi 10 novembre 2021 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes et disponible en replay sur france.tv

Revoir l'émission en intégralité

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes de région à l'antenne vos rendez-vous musique culture