A Lyon, la société protectrice des végétaux propose la location de sapins. Après les fêtes, les arbres sont récupérés et entretenus afin d’être prêts à repartir dans une famille l’année d’après.

Donner une seconde vie aux plantes. C’est l’objectif de la société protectrice des végétaux (SPV) dans le 7eme arrondissement de Lyon. Son fondateur, Nicolas  Talliu, a décidé de se lancer dans la location de sapins qu'il entretient toute l'année, les loue pendant Noël et les récupère après, pour de nouveau les entretenir. Face au succès de l’an passé, il renouvelle l'opération cette année.

 

Chaque famille retrouve ainsi son propre sapin d’une année sur l’autre. Pour le garder vivant, il faut s’en occuper, l’arroser régulièrement et ne pas le mettre à côté d’un radiateur. Pas de quoi pour autant rebuter les clients séduits de plus en plus par la location de sapins, une trentaine d’euros en moyenne.

durée de la vidéo : 00h02mn06s
A Lyon, la société protectrice des végétaux propose la location de sapins. Après les fêtes, les arbres sont récupérés et entretenus afin d’être prêts à repartir dans une famille l’année d’après. ©FTV

 

On parle souvent d’écologie et du fait que les sapins de Noel soient difficilement durables avec des traitements chimiques ou l’exploitation des terres. Là c’est une bonne solution pour pallier ce problème, autre que les sapins en bois ou en plastiques

assure Tristan, un client.

"Ce qui était rigolo avec les enfants, c’est qu’on s’est aperçu que tout d’un coup on avait un être vivant chez nous. En fait, quand on achète un sapin coupé, on a un cadavre chez soi, on a un être mort. Et là ça nous a fait bizarre d’avoir un être vivant chez nous donc les enfants lui ont donné un petit nom. On l’a accueilli chez nous puis one l’accueille de nouveau cette année", relate Philippe, un habitué.

50 sapins loués l’an dernier  

Les sapins viennent d’une pépinière qui se trouve dans la Loire. Cinquante d’entre eux ont été loués l’an dernier. D’autres sont stockés sur une parcelle en attendant de trouver une famille ou une entreprise. En effet, cette année Nicolas Talliu a décidé d’élargir son offre.

"L’idée c’est de tester cette année pour voir si l’année prochaine on est capable de faire un sapin suspendu. Une entreprise paie un sapin pour une famille qui n’a pas l’argent d’avoir un sapin et de le récupérer à Noël. Donc en gros, ils vont se priver de leur sapin pour Noel pour l’offrir à quelqu’un  d’autres", détaille Nicolas Talliu, fondateur de la SPV.

Les sapins sont loués pendant deux ou trois semaines alors que beaucoup aiment le garder un mois. De nouvelles habitudes à prendre. Mais c’est peut-être ça aussi la magie de Noël et le prix à payer pour un décor vivant.