"Casse pas mon lycée pro", 200 personnes à Lyon contre la réforme des lycées professionnels

Ce mardi midi, 12 décembre, une manifestation contre la réforme des lycées professionnels a eu lieu dans le centre de la presqu'île de Lyon. Les syndicats dénoncent une réforme "trop précipitée". Près de 200 personnes étaient présentes.

Près de 200 personnes ont bravé la pluie à Lyon pour protester contre la réforme des lycées professionnels et du bac professionnel. Une intersyndicale des lycées professionnels demande le retrait de la réforme Grandjean et a appelé à la grève ce mardi 12 décembre. Près de 11% des enseignants de lycée professionnel ont fait la grève mardi, selon l'Éducation nationale, à l'occasion d'une journée de mobilisation contre la réforme de la voie professionnelle. 

Une réforme qui doit être "réfléchie"

Cette réforme suscite de nombreuses contestations parmi les enseignants et parents d'élèves. Les syndicats d'enseignants dénoncent la diminution des heures de cours ou encore un choix d'options lors des dernières semaines de classe en terminale. Des manifestations ont eu lieu un peu partout en France. Les syndicats dénoncent notamment une réforme "trop précipitée".

Pour Marc Larçon, secrétaire académique du syndicat SNETAA-FO, "c'est un état des lieux, clair, précis et approfondi, des formations diplômantes et des formations demandées par les élèves" qui s'impose. Le syndicaliste ne conteste pas la nécessité d'une réforme, mais elle doit être "réfléchie". À l'issue de cet état des lieux, la négociation sur la nouvelle carte des formations pourra être engagée, ajoute le représentant syndical. "Il y aura une nouvelle carte des formations, mais elle doit être réfléchie", explique-t-il. "Aujourd'hui, on a des filières qui ferment et d'autres qui ouvrent avec des collègues qui sont en grande souffrance. Ils apprennent du jour au lendemain que leur filière ferme en 2024 ou 2025 ", déplore Marc Larçon.

Que dit la réforme ? 

Carole Grandjean, ministre déléguée de l'enseignement et de la formation professionnelle, a annoncé le 22 novembre dernier une réorganisation de l’année de terminale dans la voie professionnelle. L'une des grandes orientations de la réforme voulue par Emmanuel Macron, et pilotée par la ministre déléguée à l'Enseignement et la Formation professionnels Carole Grandjean, est de rendre l'année de terminale en voie professionnelle "plus modulaire" pour les lycéens selon qu'ils veulent s'insérer dans l'emploi ou poursuivre leurs études.

L'année de terminale consistera, dès la rentrée 2024, en un tronc commun de trente semaines, découpées en vingt-deux semaines de cours, six semaines de périodes de formation en milieu professionnel, dont l'organisation reste modulable. Il s'agit d'"un stage de six semaines s'ils souhaitent s'insérer dans l'emploi, ou une préparation à la poursuite d'études, centrée sur les matières fondamentales, la méthodologie, et l'autonomie", a précisé Carole Grandjean fin novembre. L'année sera complétée par deux semaines d'examen qui se dérouleront fin mai.

Le 6 décembre dernier, la ministre a dévoilé une nouvelle version de son projet de bac professionnel 2024. 

La réforme du lycée professionnel, l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron pour améliorer l'insertion professionnelle des jeunes, avait été présentée en mai.