Coronavirus Covid-19 : des médecins de Lyon demandent un confinement le week-end et un couvre-feu dès 19h

Un couvre-feu avancé à 19h, et un confinement de toute la population le week-end : les médecins libéraux de Lyon demandent de nouvelles mesures face à la deuxième vague de la covid-19 de plus en plus galopante.
Photo d'illustration
Photo d'illustration © FTV
"La situation est grave et le temps n’est plus aux demi-mesures. L’élargissement immédiat des horaires du couvre-feu à partir de 19 heures en semaine et l’instauration d’un confinement les samedis et dimanches sont nécessaires": les médecins lyonnais n'y vont pas par 4 chemins.

Les représentants de l'URPS (Union Régionale des Professionnels de Santé) à Lyon réclament plus de mesures contraignantes, pour endiguer la deuxième vague de coronavirus.

Sur notre antenne, le docteur Vincent Rébeillé-Borgella, Secrétaire général du l'URPS nous précise les raisons de son appel: "Actuellement, l'épidémie n'est absolument pas maîtrisée. Les chiffres vont encore monter. Il faut se rendre compte que les hôpitaux vont être saturés à un moment donné de patients Covid. Quelle place pour les autres patients qui ont besoin de soins ou de réanimations? On a une grosse incertitude sur la capacité de notre système de santé de tenir le coup."

"20% des personnes ne portient pas correctement le masque"

Les mesures actuelles ne suffisent pas pour ce médecin syndicaliste, qui appelle la population à se ressaissir d'urgence: "On voit chaque jour le nombre de contaminations augmenter. On en verra les conséquences seulement dans 15 jours en terme de complications. Les mesures barrières ne sont pas suffisamment respectées. Trop de personnes ne portent pas le masque, ou le portent en couvre-bouche alors que c'est au niveau du nez qu'il faut se protéger, pour soi et pour les autres. Quand vous sortez du travail, il y a quelques heures où vous pouvez faire en gros ce que vous voulez, aller dans un café ou un restaurant. En venant chez vous ce soir, j'ai croisé 20% des personnes qui ne portaient pas correctement le masque.

"Nous devons gagner le combat contre le virus"

Le docteur Vincent Rébeillé-Borgella reconnaît que de telles mesures, si elles étaient appliquées, ne sont pas "vivables sur le long terme. Mais cette épidémie grandira encore, elle fera des morts en grand nombre, et des personnes vont avoir des séquelles respiratoires ou cardiaques toute leur vie. Alors qu'est-ce qui vaut mieux? Faire un effort tout ensemble, pour éviter des morts et des personnes handicapées, ou privilégier un certain confort au-détriment d'autres personnes?"

Les médecins en appellent donc à l'aide des particuliers avec un meilleur respect des gestes barrières : "Il est encore temps d’agir pour éviter une situation comparable à celle du Grand-Est, voire de l’Italie, du printemps dernier. Nous estimons que les demi-mesures du couvre-feu actuel font penser à la drôle de guerre de 39-40. Trop de nos concitoyens ne prennent pas suffisamment au sérieux les risques de contagion, banalisent individuellement cette infection, négligent le risque qu’ils font courir aux autres et en premier lieu aux plus vulnérables. Nous devons gagner le combat contre le virus, réduire sa propagation et limiter au maximum sa circulation dans l’attente d’un vaccin efficace et parfaitement toléré. L’effort demandé aux soignants de réorganiser leur travail et d’augmenter leur disponibilité doit être accompagné d’un effort de toute la population."

A Lyon, d'autres médecins des HCL avaient eux-aussi appelé la population au strict respect des gestes barrières, tandis que l'hôpital de Villefranche-sur-Saône (Rhône) appelle à l'aide en craignant de ne pas pouvoir faire face à la deuxième vague:
 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société