Coronavirus. Un robot aide à décontaminer les chambres des malades du Covid-19 à Lyon

C'est une première en France pour lutter contre la propagation du coronavirus dans les établissements de santé. Une nouvelle technologie est testée depuis 10 jours au médipôle de Lyon-Villeurbanne : un robot décontaminant grâce à ses U.V. Idée lumineuse.

 

Nova, en action, pendant six semaines au Médipôle de Lyon Villeurbanne pour aider à la désinfection des espaces ayant accueillis des malades du Covid-19. Avril 2020.
Nova, en action, pendant six semaines au Médipôle de Lyon Villeurbanne pour aider à la désinfection des espaces ayant accueillis des malades du Covid-19. Avril 2020. © FTV
Placez-le au centre d'une chambre d'hôpital, et laissez-le faire seul le ménage. Nova est un robot qui envoie un rayon mortel. L'automate, invention américaine, est testé depuis le début du mois d'avril au Médipôle de Lyon-Villeurbanne, pour son pouvoir de désinfection.

Comnent ça marche ?

L'arme de ce robot, c'est qu'il est doté d'un système de décontamination à base de rayons ultra-violets. Il envoie une forte source lumineuse pulsée, capable d'éliminer tout élément pathogène : "bactéries, virus qui se trouvent à moins de 4 mètres, sont éliminés", explique le coordinateur des urgences au Médipôle de Lyon-Villeurbanne.

L'efficacité de ces UV n'a pas encore été testée sur le Covid-19. En revanche, elle a été prouvée sur d'autres coronavirus comme le Mers ou le Sras.
En cinq minutes, le robot Nova élimine la grande majorité des microbes présents dans une pièce. Et la désinfection se termine à la main. Plus sereinement pour les personnels comme l'indique Aymeric, un infirmier :
 

Même si cela ne dispense pas du nettoyage, cela donne un côté rassurant. Au niveau psychologique, cela aide quand même pas mal, surtout en cette période.

 
durée de la vidéo: 01 min 34
Nova, le robot décontaminant


La science, la technologie... Tous les moyens sont bons pour aider à lutter contre la pandémie du coronavirus Covid-19. Le robot lumineux coûte 185.000 euros. Mais Nova a été gracieusement prêté pour six semaines au Médipôle de Lyon-Villeurbanne, premier établissement de santé français à l'utiliser.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technologies économie santé société coronavirus/covid-19