Echauffourées à Rillieux-la-Pape : 6 personnes interpellées, 14 voitures brûlées, et 200 policiers en renfort

Quatorze véhicules ont été incendiés et six personnes interpellées vendredi 5 mars au soir, à Rillieux-la-Pape (Métropole de Lyon) au lendemain de violences urbaines survenues dans le quartier sensible de la Duchère à Lyon. Le Ministre de l'Intérieur envoie 200 policiers en renfort.

Quatorze véhicules ont été incendiés et au moins six personnes interpellées vendredi 05 mars à Rillieux-la-Pape, au lendemain de violences urbaines survenues dans le quartier sensible de la Duchère à Lyon. "La situation est sous contrôle mais je suis très en colère (...) Certains se servent de ce qui s'est passé hier à la Duchère pour laisser libre cours à leur violence", a déploré le maire (LR) de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet.

Selon ce dernier, les faits ont débuté vers 19H15 dans le quartier des Alagniers lorsqu'une "trentaine" d'individus ont avancé "en groupes très compacts, très mobiles, en incendiant les voitures sur leur passage et en caillassant les bus". Très rapidement, pompiers et policiers notamment ceux de Compagnies Départementales d'Intervention (CDI) sont arrivés sur les lieux, où les premières arrestations ont eu lieu "grâce notamment à la vidéosurveillance", a-t-il ajouté. Quatorze véhicules ont été incendiés et six personnes interpellées, selon la préfecture.

Tout s'est déroulé rapidement hier soir, en une demie-heure environ. Les témoins parlent "d'une horde de voyous qui cassent tout sur leur passage", une opération très organisée selon les prises de vues des caméras de vidéo-surveillance. 

"Moi j'ai une voiture. Hier, je l'ai surveillée, pour voir si elle restait là. C'est triste." nous dit une riveraine. "Ça fait 54 ans que je vis là. Si vous saviez le nombre de fois où l'on m'a dit madame faut pas rester. J'ai dit c'est pas une solution de partir. On est chez nous, on reste" nous affirme une autre habitante.  

Ces violences surviennent au lendemain d'échauffourées qui ont touché le quartier de la Duchère, dans le 9e arrondissement de Lyon, après l'accident mercredi dans ce même quartier d'un jeune de 13 ans en scooter. Pointée du doigt par des habitants, la police dément être impliquée dans l'accident. Six véhicules ont été brûlés pendant ces échauffourées et trois suspects, dont deux mineurs, doivent être déférés samedi devant la justice, selon le parquet. Le jeune conducteur du scooter est lui, toujours dans le coma.

"Face aux violences inacceptables qu’a connues l’agglomération lyonnaise ces dernières heures, j’ai décidé l’envoi d’une troisième unité de force mobile", a tweeté ce samedi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui veut "faire respecter l'ordre républicain".

Y-a-t-il un lien direct entre ces deux soirées d'échauffourées ? Plusieurs témoins des heurts de Rillieux-la-Pape et des riverains ont clairement entendu des jeunes crier "la Duchère" pendant ces évènements. "J'étais sur les lieux, j'ai entendu des cris de revendication. On a pu entendre plusieurs fois que c'était pour la Duchère" nous dit un de ces témoins.

Ce qui est sûr également, c'est que plusieurs perquisitions ont été menées ces derniers jours dans des affaires de stupéfiants sur plusieurs sites de Rillieux-la-Pape. Ces opérations anti-drogue pourraient bien être à l'origine de ces tensions.

En octobre dernier, toujours à Rillieux-la-Pape, des individus cagoulés avaient tenté d'incendier une église et jeté cailloux et boules de pétanque sur les pompiers. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'était rendu le lendemain sur place pour condamner les faits puis avait annoncé, le 27 janvier, la mise en place de deux nouveaux quartiers de "reconquête républicaine" (QRR), dont Rillieux-la-Pape, avec l'arrivée prochaine de renforts policiers.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité