Foot : qui est le Red Star, le prochain adversaire de l’OL en Coupe de France ?

Des titres de champions de France à l’époque amateur, des victoires en coupe, des supporters atypiques, une histoire mythique dans le monde du football, le Red Star, qui affronte l'Olympique Lyonnais le 8 avril 2021 en Coupe de France, est définitivement un club à part.

Le capitaine Edouard Dallet, à la lutte avec un joueur de Villefranche (2-2), lors du derby rhodanien le 30 mars 2021
Le capitaine Edouard Dallet, à la lutte avec un joueur de Villefranche (2-2), lors du derby rhodanien le 30 mars 2021 © Maxppp

Le huitième de finale de Coupe de France contre l’OL n’arrive pas au meilleur moment pour le Red Star. L’équipe de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis reste sur une série de cinq matchs sans victoire (trois nuls, deux défaites). La dernière fois que les verts et blancs ont levé les bras au ciel en fin de match, c’était sur le terrain du voisin francilien Créteil (victoire 2-0) il y a presque un mois, le 13 mars 2021.

Pourtant, avant d’affronter l’OL, le Red Star n’a pas à rougir de sa saison. Actuel 6ème de National – le troisième échelon français – le club compte trois points de retard sur le podium et surtout un match en moins. En cas de victoire, il se verrait propulsé à la troisième place du championnat, qualificative pour le barrage d’accession en Ligue 2.

Un ancien gone dans l'effectif

Au cœur de cette équipe clairement bâtie pour accéder à la Ligue 2, de nombreux joueurs devront être attentivement surveillés par les lyonnais. Les régulièrement cités sont Cheickh N’Doye passé par Angers ou encore Jimmy Roye réputé pour son jeu de passe. Il y également la jeune pépite Benjamin Gomel ou encore le meilleur marqueur du club avec 9  réalisations, Damien Durand.

A surveiller également l’ancien lyonnais Alan Dzabana. Né en Seine-Saint-Denis, l’attaquant avait choisi l’Olympique Lyonnais comme club formateur. Dans le Rhône il sera champion de France U17 en 2015, notamment avec Houssem Aouar comme coéquipier.

Si le coach de l’équipe Vincent Bordot ne parvient pas à qualifier son équipe pour les quarts de finale de la Coupe de France, il dispose néanmoins de nombreux atouts pour faire se mêler à la bataille à la montée en L2.

La bataille dans les divisions inférieures, le Red Star y est habitué. Le club n’a pas plus connue l’élite depuis 1975. Il a le plus souvent été pensionnaire de Ligue 2 ou de Nationale, mais a connue également quelques années en division 4, division 5 voire même en division 6 à son plus bas niveau entre 2003 et 2005.

Un passé historique

Mais il n’en a pas toujours été de même. Le club à l'étoile rouge a connu la gloire en remportant deux championnats de la LFA – ancêtre de la Ligue 1 –, dont il est membre fondateur, en 1912 et 1919. Viennent ensuite cinq prestigieuses Coupes de France (1921, 1922, 1923, 1928 et 1942). Des titres, le Red Star continuera à en gagner dans les divisions inférieures : Champions de France de Ligue 2 en 1934 et 1939, Champions de France de National en 2015 et 2018…

Son histoire est aussi liée inévitablement à ses dirigeants, notamment celle de Jules Rimet. Le célébrissime dirigeant de football, à l’origine de la Fédération Française de Football (FFF), ou de la Coupe du Monde lorsqu’il fut président de la Fédération Internationale de Football (FIFA), fut l’un des co-fondateurs du Red Star en 1897.

Un club populaire

Le Red Star, c’est également un lien si particulier avec ses supporters. Depuis sa fondation, le club s’est donné une immense dimension sociale, restant proche des gens et ouverts aux pauvres. L’étoile rouge que le club aborde en écussons a pour vocation de rappeler les valeurs sociales fortes que le club a toujours défendues. Aujourd’hui le Red Star est vecteur d’intégration sociale des populations pauvres des banlieues. Il est proche des mouvances antifascistes, antiracistes et tolérantes.

Ses supporters ne pourront malheuresement pas soutenir leur équipe lors du match choc face à l'Olympique Lyonnais. Le match se jouera au Stade Bauer à huis-clos en raison de la crise sanitaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
olympique lyonnais football sport coupe de france