Football : l'OL et l'ASSE dans le top 10 des plus-values sur les transferts de ligue 1

L'Olympique Lyonnais et l'AS Saint-Etienne sont parmi les 10 premiers du classement des plus grosses plus-values sur le marché des transferts en Europe depuis 2016 selon l'Observatoire du football. 

Saint-Étienne 24/01/2021 - FOOTBALL LIGUE 1 ASSE- OL -A St Etienne au stade Geoffroy Guichard journée de ligue 1 Saison 2020-2021 ASSE- OL
Saint-Étienne 24/01/2021 - FOOTBALL LIGUE 1 ASSE- OL -A St Etienne au stade Geoffroy Guichard journée de ligue 1 Saison 2020-2021 ASSE- OL © PHOTOPQR/LE PROGRES/Stéphane GUIOCHON

Lyon et Saint-Etienne arrivent en tête des plus grosses plus-values entre achats et ventes de joueurs depuis 2016.  Avec un solde positif de 151 millions d’euros, l’OL est 2e du  classement de l’Observatoire du football après Lille et l’ASSE 6e : 78 millions d’euros dans le vert…

En queue de peloton dans ce classement de l'observatoire du football, on retrouve les grosses écuries qui ont les moyens d’acheter les meilleurs joueurs au prix fort : le Paris St Germain, le FC Barcelone et les 2 équipes de Manchester, City et United. 

Deuxième source de revenus 

Pour Lyon et St Etienne, le trading est devenu un élément clé de stratégie, c'est leur deuxième source de revenus derrière les droits TV. Rien que sur la saison dernière, la vente de joueurs a permis à OL Groupe de récolter près de 91 millions d’euros soit 2,5 fois plus que la billetterie.

De son côté, St Etienne ne communique pas ces données financière. Mais le club affirme être attentif à ces chiffres. Les millions annoncés ne veulent pas dire « du cash dans les caisses ». La plupart du temps, les paiements sont échelonnés sur plusieurs années. 

Dans les deux cas : ces bonnes performances financières s’appuient sur de solides centres de formation. En matière de trading, le centre de formation c’est le nerf de la guerre, un investissement coûteux mais rentable.

Le centre de formation : une machine à plus-value 

Amine Gouiri, lors de la 8e journée du championnat de France de Ligue 1. Son transfert de Lyon à Nice pour 7 millions d'euros plus 15% sur la plus value d'un transfert futur, équivaut au prix d'un an de centre de formation pour l'OL.
Amine Gouiri, lors de la 8e journée du championnat de France de Ligue 1. Son transfert de Lyon à Nice pour 7 millions d'euros plus 15% sur la plus value d'un transfert futur, équivaut au prix d'un an de centre de formation pour l'OL. © PHOTOPQR/NICE MATIN/MAxppp l'OGC Nice affronte Lille au stade Allianz Riviera de Nice. Amine Gouiri

La stratégie est simple : on parie sur de très jeunes joueurs. Des diamants bruts que le centre façonne. Il faut ensuite les faire briller, les exposer sur quelques matches clés- pour susciter l’intérêt et les vendre au prix fort.

" Pour un joueur, vous avez le centre de formation, le Grand stade dans lequel il peut s'exprimer et le niveau de compétition. C'est tout cela qui va faire sa valeur. Quand il y en a un qui sort, comme Gouiri par exemple à l'Olympique Lyonnais, (vendu 7 millions d'euros à Nice plus 15% sur la plus-value d'un éventuel futur transfert ndlr), ça rembourse un an de centre de formation" décrypte Frédéric Guerra, agent de joueurs de renommée internationale.  

Trouver le bon timing 

Grâce à leur centre de formation respectifs, Lyon et Saint-Etienne bénéficient aussi « d’actifs joueurs », sorte de patrimoine humain, dans lequel puiser en cas de période difficile. Enfin, il y a la stratégie à l’achat cette fois : le fait de sentir les joueurs à haut potentiel mais pas encore trop cher. Tout l’enjeu est d’être dans le bon timing. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
as saint-etienne football sport olympique lyonnais finances économie