La passion des montres : du sur-mesure, coloris et bracelets en peau de poisson

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ana K. .

Un jeune horloger de 28 ans s'est lancé, à Lyon, dans la création de montre ultra personnalisées. Un nouveau métier pour lui, post-Covid, où il propose le choix des coloris et un bracelet qui fait mouche : en peau de poisson.

Méticuleux, précis, Baptiste Garcin a 28 ans, il assemble des montres qu’il personnalise à la demande du client.

La pose de l’insert, constitue le moment le plus délicat de l'assemblage. Il nécessite beaucoup de concentration, le parcours de Baptiste l'a préparé à cela. "J'ai fait une formation horlogère accélérée. J’ai eu la chance de pouvoir participer à "objectif horlogerie" et cela m’a permis de connaître a minima les pièces qui composent une montre et de savoir comment les utiliser, utiliser les outils, comment s’occuper des pièces et vraiment faire attention à ne pas les abîmer", explique-t-il dans un sourire. 

Passionné dès l'enfance

La passion des montres, Baptiste l'a attrapée de bonne heure. Il avait à peine 7 ans quand il reçoit sa toute première tocante.

Contre toute attente, il suit des études le destinant au génie électrique. Le virus de l'horlogerie finira par le rattraper en 2020. "J’étais ingénieur, dit-il, je dirigeais une équipe de quelques personnes mais avec le Covid, j’ai perdu mon équipe".  Le fondateur de Tentimes poursuit, "du coup, j’ai perdu un petit peu l’intérêt de ce que je faisais et j’ai voulu absolument le retrouver dans mes passions  et me lancer cette fois à 100 % dans l’entreprenariat."

Des montres "ultra personnalisées"

Au départ, Baptiste était seul. Il a réalisé quelques montres "ultra personnalisées".

L’idée fait mouche et de fil en aiguille, aujourd’hui, ils sont trois pour suivre la cadence du carnet de commandes. Les montres sont fabriquées à la demande et le choix des couleurs pour le cadre, le boîtier, le bracelet se fait sur tablette.

Du sur-mesure qui a un coût, de 600 à 1 000 € pour chaque montre. Bien qu'onéreux, le concept séduit. "On est à plusieurs dizaines de montres par mois minimum depuis deux ans, précise Baptiste. On est actuellement à quelques centaines de montres vendues et ça va s’accélérer, car on va bientôt être présent dans les boutiques et notamment les boutiques lyonnaises."

Prochainement, un bracelet en peau de saumon

Baptiste s’est associé avec une autre entreprise locale qui fabrique du cuir à partir de peau de saumon. Oui, oui, vous avez bien lu, une entreprise recycle les peaux de poissons collectées auprès des restaurants de sushis.

Objectif : fabriquer une montre avec un bracelet éco-responsable. Une édition spéciale limitée à 50 pièces est actuellement manufacturée.

Baptiste ne compte pas s'arrêter à cette collection. Il envisage de sortir bientôt une nouvelle collection avec pour la première fois, des montres pour femme. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité