Livre : Guy Darmet nous raconte ses histoires de danse

Guy Darmet, l'ancien directeur de la Maison et de la Biennale de la danse à Lyon se raconte au travers d'un ouvrage. 30 ans d'une histoire d'amour entre une ville et la danse. Une aventure unique par son ampleur et son casting.
Danse la vie, danse la ville. Histoires de Guy Darmet
Danse la vie, danse la ville. Histoires de Guy Darmet © F.Jean

Il pourrait chanter j’ai deux amours, Lyon et le Brésil, mais il pourrait aussi affirmer qu’il n’en a qu’un qui réunit les deux, la danse.

Quarante et un ans après la fondation de la Maison de la danse à Lyon, son co-fondateur, ancien directeur, Guy Darmet se livre sur cette histoire unique du lien d’une ville et de la danse, dans l’ouvrage « Danse la vie, danse la ville » aux éditions Hippocampe, écrit par Marie-Christine Vernay.

En 2010, Guy Darmet quitte la direction de la Maison de la danse après trente ans d’aventures dansées à la Maison. Et les années paires, un grand festival de danse, la fameuse Biennale portera en complément, loin et fort la réputation lyonnaise dans le monde.

Des histoires de danses plus qu'une biographie

Les choix de Marie-Christine Vernay de raconter des histoires, des moments de cette belle construction artistique offrent de beaux panoramas sur ce parcours d’un directeur particulier. La proposition permet à cette ancienne journaliste du service culture du quotidien Libération, de nous raconter l’enthousiasmante histoire de ces trente ans de danses sur les pas de Guy Darmet.

Ainsi de l’explosion de la danse contemporaine française dans les années 80, aux grandes créations contemporaines, au répertoire et à l’entrée du hip hop sur les scènes des théâtres, Guy Darmet va ouvrir le public lyonnais à toutes les danses.

Faire de ses passions, son métier

Petit garçon il découvre avec ravissement le Grand Ballet du marquis de Cuevas dont la danseuse étoile est Rosella Hightower. Elle deviendra sa véritable marraine de danse.

Des études aux Chartreux à Lyon, la fac de droit où il gardera de sérieuses amitiés avec de futurs politiques, bien utiles pour négocier les projets, Guy Darmet entre presque un peu par hasard dans le monde professionnel de la danse.

La première Maison de la danse est installée en 1980 à la Croix Rousse (dans l’actuel théâtre de la Croix Rousse) puis elle déménage en 1992 pour plus grand, et non sans remous, dans le théâtre du 8e, où elle se situe toujours aujourd’hui.

La Biennale de la danse est lancée en 1984 avec l’appui de l’adjoint à la culture de l’époque en alternance avec le festival Berlioz alors installé au théâtre de Fourvière, à Lyon.

Des voyages qui nourrissent les Biennales

Chaque épisode personnel est l’occasion pour Marie-Christine Vernay de raconter en filigrane l’histoire de la danse de ces décennies. La Biennale de la danse va offrir au public une plongée géographique, voire géopolitique dans toutes les danses de la planète ou presque. Le coup de génie de Guy Darmet est de thématiser chacune des éditions. Chaque Biennale est consacrée à une destination, un continent, un pays : l’Allemagne, Les Etats-Unis, l’Afrique, l’Amérique du sud ou les routes de la soie pour n’en citer que quelques-unes.

Les danses du monde déboulent sur les scènes lyonnaises. Guy Darmet partage tous ses enthousiasmes avec le public tout en réalisant des rêves de gamin. Il a dû se pincer quand pour un bal organisé en 1990 pendant la Biennale consacrée à la danse américaine, il descend l’escalier dressé dans la Halle Tony Garnier au bras de Cyd Charisse et Stanley Donen ! Les comédies musicales ont illuminé la soirée.

Quand le carnaval de Rio débarque à Lyon

Il va jusqu’à faire sortir le public des salles en dansant. Grand souvenir d’un auditorium plein se retrouvant sur le parvis aux rythmes du Candomblé du ballet folklorique de Bahia. Cette Biennale consacrée au Brésil est un autre grand tournant. Guy Darmet lors de ses voyages de prospections de programmation est tombé amoureux du plus grand pays d’Amérique du sud, le Brésil. Il va partager avec le public cette énergie en faisant venir à Lyon des artistes inconnus ici, mais au talent de création. Ils vont écrire une histoire d’amour durable avec le public lyonnais. On pense notamment à la compagnie Grupo Corpo.

Mais c’est dans la rue que tout va décoller avec le fameux défilé. Sur le modèle du carnaval de Rio, des groupes de danseurs amateurs vont investir le cœur de Lyon et rassembler des centaines de milliers de spectateurs. Et depuis l’enthousiasme autour de ce rendez-vous de danses amateur et populaire n’est pas retombé. France 3 vous fait vivre à chaque fois ce grand moment de fête de la danse sur ses antennes.

Les plus grands noms de la danse

Et pendant tous ces temps, les plus grands noms de la danse se sont inscrits dans l’histoire des saisons de la Maison de la danse : Maurice Béjart, Merce Cunningham, la compagnie de Martha Graham, Bill T Jones, Ohad Naharin, Angelin Preljocaj, Jean-Claude Galotta, Dominique Bagouet, ou les jeunes émergents de la région dans les années 90 Mourad Merzouki ou Abou Lagraa… La liste est énorme et les noms s’alignent presque sans fin dans l’ouvrage.

Sans aucun doute, Guy Darmet aura porté, initié des histoires de la danse à Lyon. Il aura aussi transmis. En toute sagesse et bonne intelligence, sa succession à la tête des deux structures Maison de la danse et Biennale a été assurée avec Dominique Hervieu.

Le livre montre ainsi que le travail d’équipe est très important dans ce monde si fragile de la culture. La constance d’une équipe, dont Marie Christine Vernay dresse une série de portraits est un exemple assez atypique. Elle montre qu’au-delà d’un homme, tous ont installé et font vivre durablement un beau théâtre. C’est sans doute le secret de cette histoire d’amour entre un large public et des artistes. Chacun en poussant la porte du hall d’entrée pour aller voir un spectacle de danse dans ce lieu unique se sent en quelque sorte,...à la Maison.

« Danse la vie, danse la ville, histoires de Guy Darmet » par Marie-Christine Vernay éditions Hippocampe.

Si vous voulez en savoir plus sur Guy Darmet, retrouvez-le dans l’émission « Vous êtes formidables » face à Alain Fauritte, lundi 20 septembre à 9h sur notre antenne.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
biennale de la danse culture danse livres à l'antenne vos rendez-vous