Cet article date de plus de 5 ans

Lyon : la rénovation de la Fontaine des Terreaux doit débuter en mars

La fontaine de la place des Terreaux à Lyon a besoin d'un coup de frais. La mairie a annoncé sa restauration en conférence de presse ce mardi. L'oeuvre de Bartholdi va être démontée à partir de mars 2016, et ne retrouvera sa place qu'à l'automne 2017.   
Commandée par la ville de Bordeaux, elle devait représenter le "char triomphal de la Garonne".
Commandée par la ville de Bordeaux, elle devait représenter le "char triomphal de la Garonne". © France 3 RA


La place des Terreaux va donc rester plusieurs mois sans sa fontaine. L'oeuvre se dégrade et même la structure métallique interne subi une forte corrosion. Le monument emblématique du centre-ville de Lyon va être démonté et faire l’objet d’une restauration en atelier. Au total, 18 mois de travaux et 3,1 millions d'euros investis pour donner une seconde jeunesse à l'oeuvre de Frédéric Auguste Bartholdi, père de la statue de la Liberté.

durée de la vidéo: 02 min 03
Lyon : la rénovation de la Fontaine au programme ©France 3 RA

Cette restauration va permettre à la célèbre fontaine de retrouver son lustre et ses effets : des chevaux jaillissants de l'écume et leurs nasaux vaporisant de l'eau (voir le diaporama ci-dessous). A l'origine, Bartholdi avait imaginé cette fontaine pour la ville de Bordeaux. En 1889, lors de l'exposition universelle de Paris, le maire de Lyon, Antoine Gailleton fut séduit par l'ouvrage. Acquise par Lyon, la fontaine a été installée dans un premier temps face à l'Hôtel de ville : son inauguration a eu lieu en septembre 1892. Un siècle plus tard, en 1992, la municipalité a décidé de réaménager l'espace, à la suite de la construction d'un parc de stationnement sous la place des Terreaux. La fontaine a alors été déplacée en 1994 et a pris place face au Musée des Beaux Arts. Le 29 septembre 1995, la fontaine Bartholdi a été classée monument historique....
La Fontaine Bartholdi pèse 360 tonnes, 21 tonnes de plomb soutenues par une armature en fer, 9m d'envergure, 4,85m de haut, 15m de diamètre.
La Fontaine Bartholdi pèse 360 tonnes, 21 tonnes de plomb soutenues par une armature en fer, 9m d'envergure, 4,85m de haut, 15m de diamètre. © France 3 RA
A l'origine, la fontaine Bartholdi n’était pas destinée à Lyon, mais à la ville de Bordeaux. En 1857, la municipalité bordelaise avait décidé de faire réaliser une fontaine pour la place des Quinconces. Elle a lancé un concours dont le lauréat est un jeune sculpteur de 23 ans, Frédéric Auguste Bartholdi. Il présente une oeuvre monumentale d’inspiration mythologique...
A l'origine, la fontaine Bartholdi n’était pas destinée à Lyon, mais à la ville de Bordeaux. En 1857, la municipalité bordelaise avait décidé de faire réaliser une fontaine pour la place des Quinconces. Elle a lancé un concours dont le lauréat est un jeune sculpteur de 23 ans, Frédéric Auguste Bartholdi. Il présente une oeuvre monumentale d’inspiration mythologique... © France 3 RA
La fontaine est finalement présentée à l'Exposition universelle de Paris en 1889 où elle fait forte impression... La fontaine est le fruit d'une prouesse technique : Bartholdi a opté pour la technique innovante du plomb martelé. Antoine Gailleton, maire de Lyon, est séduit par cette allégorie des fleuves.
La fontaine est finalement présentée à l'Exposition universelle de Paris en 1889 où elle fait forte impression... La fontaine est le fruit d'une prouesse technique : Bartholdi a opté pour la technique innovante du plomb martelé. Antoine Gailleton, maire de Lyon, est séduit par cette allégorie des fleuves. © France 3 RA
Le Conseil Municipal de Bordeaux n'a pas immédiatement donné pas suite au projet de Bartholdi. C’est seulement 30 ans plus tard, en 1887, alors que l'artiste est mondialement connu comme l’auteur de la statue de la Liberté inaugurée à New York, que le maire de Bordeaux sollicite à nouveau le sculpteur... Bartholdi reprend alors son oeuvre de jeunesse et l’achève en proposant le « char triomphal de la Garonne ». Mais la Ville de Bordeaux abandonna définitivement ce projet un an plus tard...
Le Conseil Municipal de Bordeaux n'a pas immédiatement donné pas suite au projet de Bartholdi. C’est seulement 30 ans plus tard, en 1887, alors que l'artiste est mondialement connu comme l’auteur de la statue de la Liberté inaugurée à New York, que le maire de Bordeaux sollicite à nouveau le sculpteur... Bartholdi reprend alors son oeuvre de jeunesse et l’achève en proposant le « char triomphal de la Garonne ». Mais la Ville de Bordeaux abandonna définitivement ce projet un an plus tard... © France 3 RA
C’est la maison de fondeurs Gaget Gauthier et Cie, avec laquelle Bartholdi a déjà coopéré pour la statue de la Liberté en 1886, qui a développé la technique de sculpture dite du plomb martelé. Une technique issue de l’orfèvrerie puis de la cuivrerie d’art.
C’est la maison de fondeurs Gaget Gauthier et Cie, avec laquelle Bartholdi a déjà coopéré pour la statue de la Liberté en 1886, qui a développé la technique de sculpture dite du plomb martelé. Une technique issue de l’orfèvrerie puis de la cuivrerie d’art. © France 3 RA
© France 3 RA
La statue, réalisée grâce à la technique du plomb martelé, est  constituée d’une ossature métallique sur laquelle sont fixées les
plaques de plomb préformées. La peau en plomb est ensuite retouchée selon des techniques comme le repoussage et le ciselage de la matière pour obtenir des effets de relief. 

Ce procédé a permis d’élaborer la statue en atelier, pièce par pièce (comme la statue de la Liberté), pour ensuite la
démonter, la transporter et la remonter à Lyon.
La statue, réalisée grâce à la technique du plomb martelé, est constituée d’une ossature métallique sur laquelle sont fixées les plaques de plomb préformées. La peau en plomb est ensuite retouchée selon des techniques comme le repoussage et le ciselage de la matière pour obtenir des effets de relief. Ce procédé a permis d’élaborer la statue en atelier, pièce par pièce (comme la statue de la Liberté), pour ensuite la démonter, la transporter et la remonter à Lyon. © France 3 RA
Réalisme et dynamisme de la structure.. la fontaine est un chef d'oeuvre : les chevaux semblent ainsi jaillir de l’eau, emportés dans un élan irrésistible.
Réalisme et dynamisme de la structure.. la fontaine est un chef d'oeuvre : les chevaux semblent ainsi jaillir de l’eau, emportés dans un élan irrésistible.
L' effet le plus remarquable est celui produit par les naseaux des
chevaux qui exhalent de l’eau pulvérisée, effet rare dans l’histoire de la fontainerie ...
L' effet le plus remarquable est celui produit par les naseaux des chevaux qui exhalent de l’eau pulvérisée, effet rare dans l’histoire de la fontainerie ... © France 3 RA
Commandée par la ville de Bordeaux, elle devait représenter le "char triomphal de la Garonne".
Commandée par la ville de Bordeaux, elle devait représenter le "char triomphal de la Garonne". © France 3 RA


Vers la requalification de la place des Terreaux 

Après la fontaine Bartholdi, c'est la place des Terreaux, en piteux état depuis plusieurs années, qui va être restaurée à partir de 2018. Le maire de Lyon, Gérard Collomb indique sur son fil twitter que "les travaux de requalification de la place débuteront courant 2018."  Une requalification complète d'ici à 2020. Le maire de Lyon n'a cependant pas donné de détails sur le futur budget. Une rénovation qui doit être conduite par les services de la ville en collaboration avec l'artiste international Daniel Buren et l'architecte Christian Drevet. "Il s’agit d’offrir aux Grands Lyonnais et aux nombreux visiteurs qui la traversent, une place rénovée qui puisse accueillir, dans les meilleures conditions, des événements festifs et commémoratifs, des rassemblements populaires à l’image de la Fête des Lumières," indique la Métropole dans un communiqué.

Il s'agira notamment de dépasser les nombreux "dysfonctionnements" de la place que l'artiste avait réhabilité en 1994 avec l'architecte lyonnais Christian Drevet. Le maire espère notamment revoir jaillir les 69 petites fontaines alignées au
carré sur un revêtement en pierres blanches, noires et grises, qui n'avaient pas tenu longtemps. Car dès 1995, l'oeuvre avait dysfonctionné, l'eau débordant, la pierre se cassant ou s'affaissant. Cet été, l'artiste s'était dit "écoeuré" par "l'état d'abandon" de la place menaçant d'une action en justice à l'encontre de la ville. Exit la polémique qui était née entre l'artiste et la ville à l'été 2015
durée de la vidéo: 00 min 30
Vers la requalification de la Place des Terreaux ©France 3 RA


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture