Municipales 2020. Vénissieux : ce qu'il faut retenir du débat du second tour diffusé sur France 3 Rhône-Alpes

Le débat du second tour des municipales à Vénissieux, diffusé sur France 3 Rhône-Alpes, oppose Michèle Picard, Yves Blein, Christophe Girard et Damien Monchau. Il est question de sécurité, économie, fusion de listes et écologie.
Le débat du second tour des municipales 2020 à Vénissieux oppose 4 candidats: Michèle Picard, Yves Blein, Christophe Girard et Damien Monchau, interrogés par Olivier Michel.
Le débat du second tour des municipales 2020 à Vénissieux oppose 4 candidats: Michèle Picard, Yves Blein, Christophe Girard et Damien Monchau, interrogés par Olivier Michel. © FTV

Le débat du second tour des Municipales 2020 à Vénissieux sur notre antenne oppose Michèle Picard, la maire sortante PCF, Yves Blein, député LREM du Rhône, Christophe Girard (LR) et Damien Monchau (RN), interrogés par Olivier Michel.
 

Les résultats du 1er tour


Taux d’abstention: 71,2%

 

Le PC allié aux écologistes

Michèle Picard a fusionné sa liste avec celle d'Europe Ecologie les Verts. Au premier tour, les écologistes avaient pourtant critiqué le manque de démocratie locale et participative à Vénissieux.

"C'était un partenaire naturel" affirme Michèle Picard: "Nous avons les mêmes propositions, mais nous allons un peu plus loin, notamment sur la démocratie participative, la végétalisation des écoles etc."

Le cas Yalcin Ayvali : "Je n'ai pas de regret"


Yves Blein, député LREM du Rhône, a fusionné sa liste avec celle de Yalcin Ayvali (5,1% au 1er tour). Le candidat était auparavant suspecté d’être proche de l’A.K.P., le parti du président turc Erdogan.

Je crois qu'ici personne ne peut m'accuser de complaisance avec le parti de M. Erdogan (le président turc). M. Ayvali n'a jamais été adhérent ni membre de ce parti. Il s'est depuis rendu compte que cela ne correspondait pas à ses engagements, ni philosophiques, ni politiques. On s'en est bien-sûr expliqué. On se l'est même écrit, de façon à ce qu'il n'y ait pas d'ambiguïté. Je n'ai pas de regret. Il faut savoir parfois tendre la main. Certains de nos jeunes concitoyens, qui ont envie de s'engager en politique, ne feront pas toujours, tout de suite, le choix que l'on aimerait qu'ils fassent.

Aux élections législatives de 2017, le candidat s'était présenté sous la bannière du Parti Egalité Justice (PEJ), considéré comme islamo-conservateur et communautariste. Pour ces élections municipales 2020, Yalcin Ayvali se présentait sous les couleurs d'une association créée quelques mois auparavant, l'Union des Citoyens Indépendants de Vénissieux (UCIV), "pour aider les gens en difficulté dans la ville".

 

"Il n'y a pas de surprise"

Damien Monchau (Rassemblement National) n'a pas fusionné non plus avec d'autres candidats. Aux précédentes municipales, il gagnait 16% des voix, aux législatives, 15% et pour ce premier tour des municipales, son score est de 10%. Une baisse de régime?

"Il n'y a pas de surprise." Selon lui, l'abstention record du premier tour aurait surtout touché les électeurs d'extrême droite. "On ne peut pas leur en vouloir. Je suis certain qu'ils voudront prendre la parole à l'occasion du second tour" affirme-t-il, serein donc.  

 

Quel emploi après le covid ?

La question de l'emploi, en sortie de crise du Covid-19, est-elle devenue une priorité pour tous les candidats ?

Michèle Picard: "Le gouvernement a été assez flou sur certaines consignes. Les communes ont été essentielles dans cette gestion de crise. Il y a une crise économique et sociale. Il y aura aussi des répercussions psychologiques. Il faudra faire attention à la santé de nos concitoyens, et accompagner. Il faudra faire attention au social."

Yves Blein"L'emploi va être une question première. Le rôle de la Métropole est essentiel. Moi je signerai dès le lendemain de mon élection, un contrat de développement territorial avec la Métropole pour accélérer l'équipement des zones industrielles, amplifier le développement des pouponnières et pépinières d'entreprises, et pour accélérer la capacité d'accueil des entreprises étrangères." Face aux licenciements qui se profilent, le député du Rhône veut notamment favoriser les formations.

Christophe Girard: "Le rôle de l'élu local reprend sa place. Il faut une équipe municipale qui soit impliquée, qui ait du cœur, qui soit ingénieuse, dans un esprit de service. La population va être directement touchée." Il propose une annulation des taxes municipales sur les commerçants.

"C'est ce que nous avons décidé, et il va y avoir un accompagnement des associations, et il va y avoir toutes les exonérations" rétorque la maire sortante Michèle Picard.

Damien Monchau prône un "patriotisme local" pour favoriser l'emploi sur la commune, et "en étant malin", favoriser les entreprises locales dans l'attribution des marchés publics. "Quand il y a des marchés publics, il y a des clauses qui peuvent être mises, comme une succursale en ville." Il propose également des achats de foncier pour l'installation de commerçants à tarifs préférentiels, "voire même pour des restaurateurs".

Michèle Picard propose des exonérations sur les enseignes pour les locaux de moins de 12m2 et sur les terrasses. Christophe Girard lève son programme avec une mesure identique.

"C'est quand même homéopathique" rétorque Yves Blein. "Quand vous êtes commerçant, c'est l'affaire de 20 ou 30.000 euros qui vont vous manquer quand vous avez eu un trou de 3 à 4 mois de chiffre d'affaire." Il propose d'abonder l'initiative de la Métropole sur le rachat de baux. Une partie du bail commercial peut ainsi être pris en charge temporairement selon lui, pour ensuite le racheter dans le temps.

 

L'écologie oubliée ?

L'économie va-t-elle primer sur les promesses écologiques des candidats, face à la crise liée au covid-19 ?

Damien Monchau explique que l'écologie et le social sont liés. Il prône pour des "potagers citoyens, pour améliorer l'idée de verdir la ville. Ceux qui sont dans le besoin pourraient ainsi se nourrir".

Christophe Girard : "Une entreprise qui a des employés, elle leur donne des tickets restaurants. Où vont-ils au restaurant ? On n'a pas d'équipements. Tout est lié."

Michèle Picard: "Une ville c'est un puzzle. Il y aura des priorités, mais rien ne doit être relégué. Les îlots fraîcheur par quartiers seront faits. La cantine, c'est de l'écologie avec des circuits courts. Quand on parle de voirie et d'urbanisme, on parle aussi d'écologie parce qu'on plante des arbres."

Christophe Girard multiplie les piques directes, en rappelant que la tête de liste EELV a laissé sa place pour le second tour. "On est vraiment dans la diffamation!" se défend Michèle Picard. 

Pour Yves Blein: "L'écologie n'est pas un sujet parmi d'autres. C'est un sujet transverse." Il veut favoriser une  entreprise à Vénissieux sur les batteries Lithium-Ion, et des espaces de "respiration" dans la ville.

 

Retrouvez l'intégralité du débat, diffusé sur France 3 Rhône-Alpes:

Le débat du second tour à Vénissieux oppose Michèle Picard, Yves Blein, Christophe Girard et Damien Monchau, interrogés par Olivier Michel.

 

Quelle mesure phare sur la sécurité ?

Pendant le confinement, dans certains quartiers de Lyon ou ailleurs, des rodéos se sont organisés, avec des tirs de mortiers et des tensions.

Christophe Girard veut multiplier par 3 les effectifs de police municipale, les armer, et les équiper d'une caméra portative. 

Damien Monchau propose l'expulsion des délinquants récidivistes des logements sociaux, "pour réattribuer ces logements aux citoyens honnêtes."

Yves Blein prône la généralisation de la vidéo-surveillance et le doublement des effectifs de la police municipale.

Michèle Picard promet de renforcer les liens avec la police nationale, "et tripler les effectifs des A.S.V.P. (Agents de Surveillance de la Voie Publique) ce qui permettra à la police municipale de venir sur d'autres missions.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections