Noyades : le patron des pompiers de Lyon et du Rhône tire (encore) la sonnette d'alarme

Entre samedi 15 août et lundi 17 août, 3 jeunes de 6 à 17 ans sont morts noyés à Lyon et dans l'Ain. Deux d'entre-eux se trouvaient dans des zones interdites à la baignade, la 3eme dans une zone autorisée, mais où de très nombreux parents ont été pris en défaut de surveilance de leurs enfants. 
© FTV
Ce fut un week-end du 15 août bien sombre sur le front des noyades avec 3 décès de jeunes de 6 à 17 ans dans la Métropole de Lyon ainsi que dans l'Ain, qui conduit une nouvelle fois le patron des pompiers du Rhône, Serge Delaigue à réitérer des conseils de prudence.
 

Trois décès de jeunes de 6, 10 et 17 ans

Samedi 15 août en effet, ce sont deux fillettes de 6 et 10 ans qui sont décédées dans la Métropole de Lyon, la première au parc de Miribel-Jonage, dans une zone autorisée à la baignade, l'autre au Parc de la Feyssine en Bordure de Rhône, dans un secteur prisé des lyonnais, Villeurbannais et Caluirards, mais totalement interdite car extrêment dangereux du fait de la nature instable du sol, des courants et des tourbillons.  

Lundi, c'est un jeune homme de 17 ans qui est décédé dans l'un des étangs du marais de l'Etournel, à Pougny, dans le pays de Gex (Ain). Des faits divers qui allongent une liste déjà très conséquente depuis le printemps. 
 

Des conseils de prudence et de bon sens, encore

Invité sur le plateau de France 3 Rhône Alpes pour évoquer ces faits-divers à répétition, le directeur du service départemental et métropolitain d’incendie et de secours a expliqué que cette année, au 17 août, 47 interventions pour noyade avaient eu lieu dans la Métropole et dans le Rhône. Ce sont 10 interventions de plus que l’année dernière à la même époque.

Serge Delaigue rappelle que l’essentiel de ces interventions ont eu lieu dans des zones où la baignade était strictement interdite. "si les plans d'eau ou les rivière et fleuves sont interdits à la baignade, c’est qu’il y a un danger réel qu’il ne faut pas ignorer".
 

Parents : une vigilance de tous les instants est requise

Quant aux zones autorisées, le patron des pompiers du Rhône et de la Métropole attire tout particulièrement l’attention des parents de tout-petits. "Les très jeunes enfants ne voient pas venir le danger et il suffit de quelques secondes pour mourir noyé".  D'où la nécessité d'une surveillance de ces jeunes enfants qui doit être permanente, même dans des zones a priori sécurisées par des maîtres nageurs.
 

Jeunes : gare à l'hydrocution et aux arrêts cardiaques

S'agissant des jeunes adultes, Serge Delaige rappelle que les risques d'hydrocution ne sont pas à prendre à la légère : "après s’être exposé longuement au soleil, particulièrement entre midi et 16 heures" une plongée sans précaution dans de l’eau fraîche peut conduire un arrêt cardiaque, Même chez les  jeunes en bonne santé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noyade faits divers pompiers