Nuits Sonores : “une programmation exigeante et défrichante”, une première aux Grandes Locos

La 21e édition du festival de musique électronique les Nuits Sonores commence ce mardi 7 mai aux Grandes Locos. Jusqu’au dimanche 12 mai, 180 artistes internationaux et locaux de différents genres musicaux feront vibrer toute la ville.

Après 6 ans dans les anciennes usines Fagor Brandt, la 21e édition des Nuits Sonores déménage et inaugure “les Grandes Locos”, anciens ateliers monumentaux de la SCNF transformés en nouveau lieu culturel de la Métropole de Lyon. “C’est une nouvelle page qui s’ouvre dans ce magnifique lieu. L’architecture métallique correspond parfaitement à ce qu’on recherche pour les Nuits Sonores”, se réjouit l’association organisatrice du festival. Du mardi 7 mai au dimanche 12 mai, ce sont elles qui accueilleront la programmation de jour, dès 16h. Les Grandes locos seront divisées en quatre salles. Pour le soir, quatre lieux à retenir : le H7, le Sucre, la Sucrière et le Transbordeur à Villeurbanne.

Mais les Nuits Sonores prennent aussi place sur l’esplanade Gros Caillou dans le 4e arrondissement mais aussi à Heat avec “Mini sonore”, la version familiale des Nuits sonores du 10 au 12 mai.

Ce qu’on veut, c’est être présent partout dans la ville et s’adresser à tous les publics. C’est le festival qui va à la rencontre des habitants.

L’organisateur du festival.

“Une programmation exigeante et défrichante”

Cette année encore, rendez-vous avec une programmation de haut vol avec de nombreuses têtes d’affiche françaises et internationales : Laurent Garnier le mercredi 8 mai, Fatboy Slim et Skrillex joueront le vendredi 10 mai, mais aussi Ben Klock, Marcel Dettmann et Solomun le dimanche 12 mai pour conclure en beauté le festival. En tout, ce sont 180 artistes de 30 pays qui vont faire vibrer les lieux de culture de la ville sur ces six jours.

Mais le festival de musique électro met aussi en lumière des artistes locaux, comme la DJ de 25 ans, Taucéti. Sa marque de fabrique : une techno sombre et sensuelle avec des rythmiques percussives et vaporeuses. Elle jouera samedi soir au H7 devant 1800 personnes.

C’est toujours impressionnant parce que les Nuits Sonores ça reste un très gros festival.

DJ Taucéti

"Non seulement on me booke pour jouer mais en plus, c’est moi qui fais l’entière programmation de la soirée donc c’est quand même un peu plus stressant”, confie la Lyonnaise qui organise des cours de DJ gratuits à l’Hôtel 71, dédiés aux femmes.

Un festival engagé

“Les Nuits Sonores c’est aussi “Lab”, un programme réflexif où différents acteurs se rencontrent pour réfléchir à différentes thématiques : se questionner pour améliorer les pratiques, l’impact écologique des festivals, etc.”, explique l’organisateur. Le public est invité dans cet espace de discussion aux Grandes Locos.

"On a un public vraiment curieux et fidèle. Et on sait que ce n’est pas simple en ce moment par rapport au pouvoir d’achat. La billetterie est accessible et elle fonctionne très fort”, se réjouit l’équipe organisatrice. Pour les événements sur réservation, il reste quelques places mais la plupart des événements principaux sont complets. En tout, ce sont plus de 80 000 personnes qui sont attendues pour cette 21e édition des Nuits Sonores.