Changement de destination pour "Les Grandes Locos" : à Lyon, la friche industrielle de la SNCF devient un lieu de "rayonnement" culturel

Les Nuits sonores, la Biennale de Danse et le Street Food festival se dérouleront en 2024 dans d'anciens ateliers monumentaux de la SNCF rebaptisés "les Grandes Locos". Cet espace inauguré vendredi 12 avril est appelé à devenir un important lieu pérenne de culture.

"Les Grandes Locos", le nom du nouveau lieu culturel de la Métropole de Lyon, sont un écho au passé industriel de Lyon. Situés à l'entrée sud de Lyon, d'anciens ateliers SNCF de La Mulatière, voués à la maintenance des trains, deviennent un nouveau terrain de jeu pour la culture.

Changement de destination

Les hangars sont immenses et témoignent de deux siècles de patrimoine ferroviaire lyonnais. Depuis le XIXe siècle, le site industriel situé à La Mulatière servait à la production et l'entretien de locomotives, à vapeur puis électriques. En 1857, la compagnie PLM exploitait une fonderie de 10.000 m² sur ce site. Des machines à vapeur étaient également révisées dans ces ateliers qui au fil du temps s'agrandissent. En 1930, c'est la SNCF qui rachète les lieux. Ce site historique devenu Technicentre SNCF change aujourd'hui de destination. Il devient "Les Grandes Locos" et aura vocation à accueillir des événements culturels. Une nouvelle vocation pour ce lieu.

"On a des bâtiments qui ont traversé l'histoire, qui se sont adaptés à l'histoire du chemin de fer (...)On a toutes ces traces dans un patrimoine qui a une véritable valeur architecturale. C'est une opportunité pour des grands événements culturels que d'occuper ces lieux différemment", assure Thierry Bauchet, Directeur Immobilier Territorial Sud-Est SNCF.

durée de la vidéo : 00h02mn00s
À La Mulatière, d'anciens ateliers de la SNCF vont accueillir de grands événements culturels ©France Télévisions

Ambitieux défis culturels 

Dans moins d'un mois, en mai, ces 20 hectares situé à la confluence du Rhône et de la Saône, toujours propriété de la SNCF partenaire du projet, vont accueillir chaque jour quelque 12 000 festivaliers à l'occasion des 21ᵉ Nuits Sonores. Un défi de taille pour les organisateurs.

"En pensant les Nuits Sonores, on a beaucoup pensé à ce nouveau site. À la fois à son histoire, à son passé industriel, mais aussi à l'expérience qu'on va pouvoir proposer : typologie de scènes, expériences scéniques, scénographie… toute la difficulté et l'ambition de ce site, c'est de répondre artistiquement à un site qui a une architecture incroyable et des espaces immenses", explique Pierre Zeimet, Directeur artistique d'Arty Farty.

Outre l'incontournable festival de musique électronique, les Grandes Locos vont aussi héberger la Biennale d'Art Contemporain et le Lyon Street Food Festival en juin prochain. Le festival dédié à la cuisine de rue étaient sans adresse depuis la fermeture en 2023 des anciennes usines Fagor Brandt, désormais dédiées à l'entretien des tramways.

Grands événements

"On va en faire un lieu de la Culture pour la Métropole de Lyon". Son président Bruno Bernard a d'ailleurs inauguré ce vendredi 12 avril "Les Grandes Locos". Au cœur du projet, l'achat des 11.200 m² de deux halles datant des années 1880 doit être terminé en 2024 et permettre la création d'un lieu pérenne "pour le rayonnement de nos grands évènements, doublé d'un terrain de jeu formidable pour les artistes et créateurs", a annoncé Bruno Bernard. 

Pour l'instant à La Mulatière, les hangars monumentaux de la SNCF ainsi que les espaces extérieurs de la friche ont été loués par la Métropole de Lyon pour plusieurs années. Cette location permet que le lieu "démarre dès 2024" sa nouvelle vie, en attendant que soit achevée "une première étape" du vaste projet d'aménagement débuté l'an passé, et qui doit se poursuivre au moins jusqu'en 2027, a expliqué la cheffe de projet de la Métropole Rachel Mignard.  

En plus du million d'euros dédié à la location des lieux, la Métropole prévoit d'investir 17 millions d'euros dans l'ensemble des travaux.  Une "deuxième étape" portant sur la définition d'un projet urbanistique et économique pour l'ensemble de la friche interviendra ultérieurement. La fin des différents chantiers sur ce site d'exception est prévue pour 2028.

.