Cet article date de plus de 5 ans

Offre de dernière minute pour Cenntro Motors : les salariés devront encore patienter ...

Ce jeudi 29 octobre, le tribunal de commerce de Lyon a examiné une nouvelle fois le dossier Cenntro Motors. Audience de la dernière chance ou liquidation judiciaire ? S'il rendra sa décision vendredi à 16h, le tribunal a annoncé qu'une offre de reprise "tardive" avait été déposée mercredi soir.
29/10/15 - Les salariés étaient rassemblés ce jeudi matin devant l'usine (Lyon 7e) avant de se rendre au tribunal de commerce
29/10/15 - Les salariés étaient rassemblés ce jeudi matin devant l'usine (Lyon 7e) avant de se rendre au tribunal de commerce © France 3 RA

Ce jeudi matin, les salariés ont manifesté devant leur usine avant de se rendre au tribunal... des réactions recueillies ce matin : les salariés de Cenntro Motors, oscillent entre colère et désillusion.

durée de la vidéo: 01 min 19
les salariés de Cenntro Motors, entre colère et désillusion.

 

Une offre de dernière minute pour Cenntro Motors...

A l'issue de l'audience devant le tribunal de commerce, les salariés ont appris la nouvelle : une offre de reprise de la part de Magnum Group, une entreprise allemande spécialisée dans la mobilité électrique, ancien partenaire de Cenntro Motors. Cette offre prévoit de conserver 50 des 382 salariés. Les salariés lyonnais devront encore patienter jusqu'à demain, 16h pour connaître le sort de leur entreprise.  

durée de la vidéo: 01 min 34
Cenntro Motors : les salariés devront encore patienter ...


Un ultime appel pour la reprise du site

Mardi 27 octobre, les syndicats CGT et SUD de Cenntro Motors France avaient lancé un ultime appel pour éviter la liquidation judiciaire de l'entreprise basée à Lyon que le tribunal de commerce devrait, selon toute vraisemblance, prononcer ce jeudi 29 octobre. "Il y a urgence à faire appel à d'autres repreneurs, plutôt que le tribunal de commerce liquide l'usine et l'emploi de 382 salariés", écrivaient les deux organisations dans un communiqué. La CGT et SUD demandaient "aux pouvoirs publics d'intervenir enfin, en particulier au Grand Lyon propriétaire du terrain: pour une réelle réindustrialisation du site et le maintien de l'emploi".

Après le retrait de Peter Wang, l'homme d'affaires sino-américain, et en l'absence d'autres repreneurs qui avaient jusqu'à mercredi midi pour se manifester, cette ancienne usine de lave-linge FagorBrandt, reconvertie dans les véhicules électriques, doit faire l'objet d'une liquidation judiciaire. L'entreprise basée dans le 7e arrondissement compte près de 380 salariés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie