Only Lyon : quel est l'avenir de l'emblématique lion rouge, symbole de la performance économique lyonnaise ?

La Métropole de Lyon a lancé, en avril 2021, un challenge à des étudiants en design en vue de repenser l’emblématique lion rouge, symbole d’Only Lyon. L'objectif est que sa conception soit en adéquation avec les valeurs de développement durable portées par le Grand Lyon. 

Le trophée en résine rouge , symbole de la marque Only Lyon, pourrait à minima changer de matière
Le trophée en résine rouge , symbole de la marque Only Lyon, pourrait à minima changer de matière

Le contexte de la crise sanitaire, et les nouvelles exigences en terme d'achats publics, autour du développement durable, défendues par la majorité écologiste du Grand Lyon ont inspiré, récemment, une démarche dite "de créativité", confiée à des étudiants par la Fabrique de l'innovation de l’Université de Lyon. Cette idée a pour but de réfléchir à un objet pensé et conçu durablement pour succéder à l'actuel lion rouge, trophée symbolique "Only Lyon"

Un symbole lyonnais made in Asie

Symbole du commerce et de l'économie "made in Lyon", le lion rouge actuel est une figurine en résine et remise comme "trophée" à l'occasion de remises de prix, par exemple. "C'est un emblême du territoire qui est fort, et qui est partagé avec les partenaires d'Only Lyon" rappelle Florence Reboul, chargée de projet "événementiel" à la Métropole.

"C'est un cadeau que l'on donne à des dirigeants d'entreprise qui, eux-mêmes, vont faire parler de notre territoire. Jusqu'à l'an dernier, il était fabriqué en Asie. On s'est dit : pourquoi ne pas utiliser les ressources du territoires, comme les étudiants pour essayer de repenser ce design ?" explique-t-elle. Au point de le remplacer ?

Un lion... en cuir de poisson ?

Le lion rouge a d'abord servi de "base" de réflexion à des étudiants de l'école de design de Bellecour, qui ont participé à un challenge créatif. Se mettant dans la posture d’un véritable appel à projets, les étudiants ont proposé des notes d’intention basées sur des éléments emblématiques de Lyon : la confluence du Rhône et de la Saône, la réflexion des façades lyonnaises colorées sur le fleuve, la soierie…

Ces éléments ont guidé leur choix des techniques envisagées pour produire le lion rouge et notamment le choix des matériaux qui pourraient remplacer l'actuelle résine comme le verre soufflé, la soie sous forme de fil ou encore… le cuir de poisson !

De nouveaux objets dérivés originaux

Au final, le design de ce lion et des produits dérivés seront repensés. Pour ces derniers, deux idées ont retenu l'attention. « La plus innovante » est un beau livre avec des pages en pop-up, imprimé sur du papier recyclé avec des encres végétales. Celui-ci mettrait à l’honneur le patrimoine architectural, artistique, culturel de la ville de Lyon. Un QR code sur chaque page renverrait à du contenu supplémentaire.

L’idée « la plus écologique » et l’idée « coup de cœur » est un ticket de transport à collectionner, dont le dos est une illustration imitation cyanotype. En rassemblant les tickets les uns à côtés des autres, on obtient une carte de Lyon avec les bâtiments et lieux emblématiques. 

Dernière étape de ce challenge : deux stagiaires,  un étudiant ingénieur et un designer vont être hébergés, fin mai, à la Fabrique de l'innovation jusqu'à début septembre. Il est toutefois probable que la couleur rouge du lion soit conservée, "elle entre totalement dans la charte de la marque Only Lyon", précise Florence Reboul.

Une marque "identifiée"

Une marque qui compte. "C'est un super acquis que l'on souhaite maintenir" assure Emeline Baume, 1ère vice-présidente du Grand Lyon en charge de l'économie. "C'est notre logique de transformation du territoire, qui consiste à faire avec le réel. La marque existe et elle est très identifiée par les entrepreneurs, les chercheurs, entre autres. Après, qu'elle soit incarnée par un lion rouge, ou un arbre vert avec des fruits rouges, par exemple, peu importe."

L'élue met tout de même en avant un argument très pragmatique: "Nous sommes en période d'hyper sobriété et de frugalité. Il ne faut pas dépenser, selon moi, de temps et d'énergie à refondre des choses qui existent, et qui font sens"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie écologie environnement