L'ouverture temporaire d'un centre d'hébergement d'urgence créé la polémique dans l'Ouest Lyonnais

Mis à disposition de l'Etat par les Hospices Civils de Lyon, l'ancien hôpital gériatrique Antoine Charial à Francheville (69), va être temporairement transformé en centre d'hébergement d'urgence. Colère de plusieurs maires qui estiment ne pas avoir eu leur mot à dire.
L'ancien hôpital gériatrique Antoine Charial de Francheville (Rhône) va accueillir, de manière temporaire, des personnes vulnérables et à la rue, à compter du lundi 9 novembre 2020.
L'ancien hôpital gériatrique Antoine Charial de Francheville (Rhône) va accueillir, de manière temporaire, des personnes vulnérables et à la rue, à compter du lundi 9 novembre 2020. © FTV
Les maires de Francheville, de Tassin-La-Demi-Lune et de Craponne regrettent d'avoir été "mis devant le fait accompli. Nous n'avons pas eu notre mot à dire." De quoi s'agit-il ? De l'implantation provisoire d'un centre d'hébergement d'urgence, sur le site de l'ancien hôpital gériatrique Antoine Charial. Des personnes vulnérables, actuellement à la rue dans la Métropole de Lyon, y seront logées dès lundi 9 novembre 2020.

"Nous informer de cette décision 3 jours avant, cela manque un peu d'élégance"

Les maires de Francheville, de Craponne et de Tassin-la-Demi-Lune faisaient front commun devant la presse ce vendredi 6 novembre. Ils dénoncent un manque de concertation autour de cette décision préfectorale. Michel Rantonnet, le maire (Les Républicains) de Francheville s'inquiète de l'arrivée dès lundi, d'un public de personnes fragiles "pour lesquelles nous n'avons pas les capacités d'accueil que ce soit sur le plan médico-social, scolaire, voire même en matière de déplacement puisque nous sommes à la lisière de la Métropole de Lyon".
 
durée de la vidéo: 00 min 31
Michel Rantonnet, maire (LR) de Francheville

Une soixantaine de personnes devraient arriver à compter du 10 novembre. Une deuxième phase est programmée pour février, selon les élus concernés, qui rappellent également que l'hôpital gériatrique a une capacité totale de 300 chambres.
 

Nous travaillons depuis près de quatre ans sur la requalification du site en un projet de parc sport/santé, en lien avec la Métropole et les habitants. Ce projet structurant avait pour objectif de créer de l’emploi, d’ouvrir de nouveaux commerces et d’offrir de nouveaux services de santé. Ce projet de territoire, visant à redonner une nouvelle dynamique dans ce bassin de vie, est balayé par l'État.

Michel Rantonnet, maire de Francheville (69)

.

"L'État rendra les clés en temps et en heure"

Un communiqué émanant de la Préfecture a rapidement suivi la conférence de presse matinale des maires concernés par cette implantation. "Le préfet s’étonne de la réaction de certains élus du territoire. Depuis le mois d’août, des échanges téléphoniques et deux réunions ont eu lieu avec les élus locaux pour les informer du projet. Une réunion relative à ce projet s’est déroulée le mercredi 4 novembre 2020 en présence de ces derniers et des associations, afin de leur présenter dans le détail le dispositif déployé en urgence dans le cadre de la campagne hivernale".

Mettre à l'abri les personnes à la rue et les personnes précaires, c'est une politique prioritaire rappelle le représentant de l'État dans le département du Rhône. Il s'agit là d'une démarche territoriale solidaire qui, dans ce cas, s'appuyer sur la mise à disposition par les Hospices Civils de Lyon du site de l'hôpital Charial. L'objectif, c'est "d’occuper le site temporairement, tant qu’il est vide et de le rendre à sa destination finale".
 
durée de la vidéo: 01 min 10
Clément Vivès, sous-préfet du Rhône

Porté conjointement par la Fondation de l’Armée du Salut et le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, ce site alliera hébergement et insertion professionnelle avec plusieurs objectifs : la mixité d’activité, le service, l'insertion et l’éco-responsabilité, conclut le communiqué préfectoral.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique sdf société les républicains logement confinement santé covid-19