Parc de la tête d'or de Lyon : priorité à la biodiversité endémique et au bien-être animal

A l'occasion de l'ouverture de la forêt d'Asie au parc de la tête d'or, Grégory Doucet a annoncé un changement de cap de la politique du parc.
La forêt asiatique s'ouvre au parc de la tête d'or le 7 juillet 2021
La forêt asiatique s'ouvre au parc de la tête d'or le 7 juillet 2021 © FTV

Après deux ans de travail, la forêt d’Asie qui abrite une trentaine d’espèces exotiques (oiseaux, amphibiens, reptiles, poissons et mammifères) et qui sont menacées dans leur milieu naturel, est ouverte au zoo du parc de la Tête d’Or depuis le 7 juillet. Tous ses animaux sont issues d'autres zoos. Ils trouvent à Lyon de meilleures conditions de vie que celles dont ils bénéficiaient auparavant. Le climat tropical du sud-est asiatique a été recréé dans la nef. Le thermomètre monte à 26° avec 70% d'hydrométrie. Le budget s'élève à 4 760 000 euros.

Préférer les espèces endémiques et faire du bien-être animal une priorité

Lors de cette ouverture, Grégory Doucet, maire EELV de Lyon, a pris la parole pour parler de bien-être animal en mettant en avant la collaboration avec VetagroSup. L'établissement d’enseignement supérieur et de recherche sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation sera le garant des bonnes pratiques pour toute action sur la faune au sein du parc. Dans cet esprit, plusieurs changements vont être opérés. Un million d'euros supplémentaire va être investi.

Le petit train, qualifié de vecteur de stress pour les animaux, ne passera plus près des différents enclos. Un nouveau sens de circulation devrait contribuer à rendre plus serein l'ensemble de l'espace réservé aux animaux. Un renfort de végétalisation va être entrepris pour que les animaux aient un maximum de nature dans leur champ de vision. Pour augmenter la quiétude et la qualité de vie des animaux, des aménagements vont être réalisés. Ils vont gagner des mètres carrés.
Le déplacement des gibbons dans la toute nouvelle forêt d'Asie va permettre d'agrandir l'espace alloué aux panthères de l'amour, animaux qualifiés de discret, dont l'habitat naturel se compte habituellement en centaines d'hectares. Les singes capucins vont eux aussi avoir un terrain de jeu plus grand afin de "mieux exprimer leur potentiel".
Les crocodiles vont quitter Lyon pour rejoindre un oued protégé au Maroc et donc retrouver leur espace naturel. Un exil qui a fortement déçu Gérard Collomb, ancien maire de Lyon qui a lancé nombre de projets dans le parc : "Tant mieux pour l'oued, tant pis pour les Lyonnais", a-t-il riposté en regrettant que Lyon "perde en visibilité des animaux du monde". 

Après la plaine africaine et la forêt d'Asie, Grégory Doucet a annoncé son souhait de créer "une plaine européenne entièrement dédiée à la protection et la préservation de la biodiversité endémique, à l'éveil des consciences et aux changement des comportements de toutes les visiteurs du parc". Les espèces concernées seront à minima vulnérables. Le parc tourne donc pour un temps la page de l'exotisme. La gratuité du parc est maintenue.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature zoo