Lyon : deux Lyonnais ont gravi à mains nues les 115 mètres de la Tour Oxygène, à la Part-Dieu

Deux Lyonnais se sont lancé le défi de monter en haut de la Tour Oxygène de Lyon, située à la Part-Dieu, à mains nues. Agés de 22 et 23 ans, ils ont escaladé les 115 mètres sans corde ni matériel, en 19 minutes.

Lyon : deux Lyonnais ont gravi les 115 mètres (28 étages) de la Tour Oxygène, à la Part-Dieu, à mains nues et sans aucune protection.
Lyon : deux Lyonnais ont gravi les 115 mètres (28 étages) de la Tour Oxygène, à la Part-Dieu, à mains nues et sans aucune protection. © Images d'illustration / MaxPPP

Il leur aura fallu un an d’entraînement et de préparation mentale pour réaliser ce défi." Antoine_explore" et "Nébuleux" ont escaladé la Tour d’Oxygène située à Lyon, dans le quartier de la Part-Dieu à mains nues. C’était le 10 avril dernier. Ils viennent de publier la vidéo de leur exploit.

Une tour de 115 mètres de métal et de verre gravie sans corde ni matériel. Les deux Lyonnais ont murement réfléchi leur projet. Ils ont réalisé leur exploit en 19 minutes sous les regards surpris ou encourageants des badauds.

''En avril 2020, j’ai découvert que l’on pouvait grimper la Tour Oxygène. Mais je me suis vite rendu compte que je n’avais pas le niveau physique, se rappelle "Antoine_explore", 22 ans, l’un des deux grimpeurs, pourtant très sportif. Alors j’ai décidé de m’entraîner. Comme tous les sites sont fermés, avec "Nébuleux", nous nous sommes entraînés sur le mur d’escalade de La Mulatière car il est en extérieur''.

"Antoine_explore" n’avait jamais fait d’escalade auparavant, contrairement à "Nébuleux" qui en pratique depuis l’âge de 5 ans. Mais il est sportif. Il est issu du parkour. Entendez par là, l’art de se déplacer de façon acrobatique ou en escaladant, sans matériel, dans les villes. La discipline fut rendue célèbre avec le film Yamakasi, sorti en 2001 et réalisé par Julien Seri et Ariel Zeitoun.

''Avec "Nébuleux", nous nous connaissons depuis moins d’un an, poursuit "Antoine_explore". Il m’a contacté via les réseaux sociaux. Je lui ai parlé de mon projet d’escalader la Tour Oxygène et il était partant. Nous nous sommes beaucoup, beaucoup entraînés. Des heures et des heures''.

Les deux grimpeurs lyonnais ont posté la vidéo de leur ascension de la Tour Oxygène quelques jours après leur exploit ©Antoine_explore

"Antoine_explore" est photographe et réalisateur autodidacte en freelance. Ses domaines : l'aventure, le voyage, le sport ou encore le portrait (entreprises et particuliers). Il a récemment réalisé une vidéo sur les bébés chimpanzés lors d’un voyage au Cameroun. Quant à "Nébuleux", il a fait des études en pâtisserie.

Le jour J, un peu d’appréhension

Le jour, pas de vertige mais les deux grimpeurs appréhendaient un peu. ''Le matin de l’ascension, il y avait de la peur, se souvient" Antoine_explore". C’était la première fois que nous allions grimper une tour. Il y avait beaucoup de monde en bas, cela rajoute du stress. Mais une fois lancés, le focus était sur notre objectif. Et cela n’a été que du plaisir. Physiquement nous étions bien. L’entraînement a payé. L’entraînement paie toujours. L’objectif était de grimper, de repousser nos limites. Les défis c’est ce qui motive''.

Les deux complices ont réalisé plusieurs exploits qu'ils partagent sur les réseaux sociaux, mais escalader la Tour Oxygène est le tout premier défi des deux Lyonnais. C’est le premier building qu’ils escaladent. Défi réussi ! Mais une fois arrivés au sommet de la tour, ils sont accueillis par la sécurité du bâtiment, les pompiers et les forces de l’ordre.

''Une fois arrivés au sommet, nous souhaitions enchaîner avec la coiffe qui se trouve tout en haut de la Tour, raconte "Antoine_explore", arrivé en premier. Mais la sécurité et la police étaient là. Nous n’avons pas savouré notre joie et notre exploit comme nous aurions voulu mais nous avons savouré malgré tout le moment''.


Des vidéos de ce style, internet en a vu beaucoup. Les plus âgés se souviennent d'Alain Robert, le spider-man français qui avait escaladé, entre autres défis, l'obélisque de la place de la Concorde, à Paris, en 1999. Ou plus récemment, Alexis Landot qui a gravi la Tour Montparnasse à Paris.

Alexis Landot a escaladé le 28 mars 2021 la Tour Montparnasse, qui mesure 210 mètres, en 49 minutes ©Alexis Landot





Escalader des bâtiments, c’est beau, c’est un exploit mais cela reste illégal.
''Je déconseille aux jeunes de le faire, avance "Antoine_explore". Cela demande beaucoup de travail, et il faut être conscient des risques mortels et judiciaires. Après s’ils sont têtus comme nous, qu’ils aient conscience de tous ces risques''.

Les deux jeunes grimpeurs sont en effet poursuivis pour ''mise en danger d’autrui'' et ''violation de propriété privée''.
''Il y a une certaine fierté malgré tout, affirme "Antoine_explore". En cette période de crise sanitaire, tout est fermé, on ne peut plus sortir. J’arrive à me faire plaisir, même si c’est un sport illégal. Et depuis l’ascension de la Tour Oxygène, je suis devenu un passionné d’escalade. Et "Nébuleux", lui, veut devenir cordiste''.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société