Tennis: la justice épingle un licenciement "brutal" de l'ère Moretton en Auvergne Rhône-Alpes

Publié le
Écrit par Dolores Mazzola (avec AFP)
Gilles Moretton président de la Fédération française de tennis (archives mai 2021)
Gilles Moretton président de la Fédération française de tennis (archives mai 2021) © JEAN-MARC LOOS / MAXPPP

Les prud'hommes de Grenoble ont condamné la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis pour avoir procédé, en 2018, à un licenciement injustifié, qui plus est "brutal et vexatoire", sous la présidence de Gilles Moretton, désormais patron de la fédération nationale. La ligue a fait appel de sa condamnation.

La décision de justice a été rendue le 8 juillet 2021 : les juges prud'homaux ont conclu que le licenciement pour motif économique de François Bardin, qui occupait alors le poste de directeur de la ligue régionale de tennis, était dépourvu de "cause réelle et sérieuse". La ligue a été condamnée à lui verser 108.000 euros de dommages et intérêts, ainsi qu'à rembourser aux organismes sociaux six mois d'allocations chômage versées à François Bardin. Elle a fait appel.

Règlement de comptes ?

Ce licenciement est intervenu au printemps 2018, alors que Gilles Moretton venait de prendre la présidence de la nouvelle ligue Auvergne-Rhône-Alpes (ARA), née de la fusion des ligues d'Auvergne, du Lyonnais et de Dauphiné-Savoie. L'ancien joueur, reconverti dans l'événementiel sportif, avait été élu le 20 janvier 2018 face à Stephan Post, président sortant de la ligue Dauphiné-Savoie, dont François Bardin était salarié depuis 1996.

MM. Post et Bardin travaillaient en étroite collaboration et en octobre 2017, lors d'une période transitoire ayant précédé l'élection du président, François Bardin avait été nommé directeur de la nouvelle Ligue ARA. Mais le 13 mars 2018, il était convoqué à un entretien préalable par Gilles Moretton, en vue d'un licenciement - effectif un mois plus tard.
"On a contesté le motif économique en plaidant que ce licenciement était, en réalité, le fruit d'un règlement de comptes", a déclaré l'avocat de François Bardin, Me Jacques Thoizet. "Moretton a estimé que Bardin n'était pas un homme à lui et il l'a viré", abonde une source proche du dossier.

Un licenciement jugé "brutal et vexatoire"

Gilles Moretton, élu à la tête de la FFT en février, a fait savoir à l'AFP qu'il ne souhaitait plus "intervenir sur ce dossier".

Également contactés, l'avocate de la Ligue  Auvergne-Rhône-Alpes, Me Flore Patriat, a décliné tout commentaire, tandis que Florent Dousset, son président depuis février, a évoqué "un dossier somme toute assez commun en droit du travail". Les prud'hommes ont rejeté notamment l'analyse économique présentée par la ligue pour justifier le licenciement de François Bardin, en pointant que certaines données fournies étaient "erronées". "Sans cause réelle et sérieuse", le licenciement a été jugé en outre "brutal et vexatoire".

"Après 22 ans d'ancienneté sans reproche", François Bardin a été "dispensé d'activité" et "prié de rentrer immédiatement chez lui le jour de la convocation à un entretien préalable", relèvent les conseillers, ajoutant qu'on lui a reproché d'être revenu à deux reprises dans son ancien bureau, "alors qu'il souhaitait récupérer des effets personnels".

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.