Tensions autour de Parcoursup : des heurts entre lycéens et policiers au lycée Condorcet de Saint-Priest

Publié le Mis à jour le

Ce mercredi matin, 19 octobre, la police est intervenue devant le lycée Condorcet à Saint-Priest après des incidents. Des poubelles ont été brûlées. Il y a également eu des jets de projectiles.La situation était tendue : près de 300 lycéens se trouvaient aux alentours de l'établissement. 7 personnes ont été interpellées à l'issue de ces débordements.

La situation était tendue ce mercredi matin devant le lycée Condorcet de Saint-Priest, L'établissement est situé dans le centre de la commune, rue Edmond-Rostand. En cause : des élèves qui protestaient contre le dispositif de l'Education Nationale Parcoursup jugé "stressant" par les lycéens. Près de 300 élèves se trouvaient à l'extérieur de l'établissement, selon notre équipe présente sur place. 

Le calme est revenu en tout début d'après-midi, sous surveillance policière. Au final, on déplore peu de dégâts matériels. Sept personnes, majoritairement des mineurs, ont été arrêtées. 

Des heurts avec la police

Des incidents et des heurts ont rapidement éclaté entre des jeunes et les forces de l'ordre peu avant 8h, à l'extérieur du lycée. Des poubelles ont été incendiées, dégageant une fumée dense. Sur place, une cinquantaine de policiers étaient présents ce matin.

Les policiers ont essuyé plusieurs jets de projectile et auraient répliqué avec des tirs de gaz lacrymogène. Ils ont également lancé des balles de défense pour disperser les groupes. Des faits confirmés par un lycéen présent ce matin devant l'établissement.

"Ça a commencé vers 7h50 par des jets de poubelles et de bouteilles. Et puis certains policiers ont commencé à jeter des lacrymo. On est tous partis parce qu'on avait peur," raconte l'élève de terminale. "Il y a eu des regroupements et ça a commencé à dégénérer (...)Les policiers nous ont suivi jusqu'au centre de Saint-Priest. Plusieurs jeunes ont été arrêtés", poursuit l'adolescent.

Selon les premières sources, les débordements ont été le fait de jeunes  extérieurs à l'établissement.

durée de la vidéo : 00h00mn33s
Tensions devant le lycée Condorcet (Saint-Priest) ©France tv

"Parcoursup, ça nous met la pression" : le blocus dégénère  

Des élèves qui n'ont pas pu pénétrer dans le lycée ont été gênés par les fumées de ces gaz. Mais la cause de cette tension serait initialement causée par un mouvement de protestation contre Parcoursup, source d'angoisse pour les futurs bacheliers. Tout aurait commencé par une tentative de blocus qui a dégénéré.

"Le blocus, c'est pour protester contre Parcoursup. Les élèves sont désespérés à cause des débouchés. Certaines filières sont compliquées à avoir, d'autres élèves n'ont carrément pas de débouchés après Parcoursup. C'est pour ça que le blocus a été lancé", explique un autre lycéen. "Mais ça a très vite dégénéré et on n'a pas pu parler pour défendre notre cause", poursuit-il.

Pourquoi ces tensions et inquiétudes interviennent-elles si tôt dans l'année scolaire ? Le lycéen explique : "on a déjà commencé à nous parler de Parcoursup. Ça nous met une pression. On doit déjà se renseigner sur les écoles. Il faut faire des lettres de motivation. Il y a des choses qui peuvent être faîtes en dehors du lycée ... En fait on a peur de ça, de se retrouver sans débouchés! C'est surtout pour ça qu'on proteste."

Perturbations pour les TCL

Ce matin, les heurts et incidents ont également eu des effets sur les transports en commun circulant aux abords du lycée une grande partie de la matinée. Ainsi, sur la ligne de tramway T2 plusieurs stations ne sont pas desservies, entre les stations Parc Technologique et Saint-Priest Bel Air. Le lycée Condorcet se trouve à proximité de la station "Esplanade des Arts". 

D'abord annoncée à 10h30, la reprise du service est à présent estimée à 12h30. Peu avant 11h, les TCL annonçaient de leur côté une reprise progressive mais irrégulière du trafic du tramway T2. 

La circulation des bus C25, 50, 62 a également été impactée. A 11h, la circulation reprenait progressivement sur l'ensemble de l'itinéraire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité