VIDEO : la Fête des Lumières de Lyon en 7 minutes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Allec avec Farid Haroud
La Nouvelle Vague, sur la gare Saint-Paul (5e)
La Nouvelle Vague, sur la gare Saint-Paul (5e) © Francetv

Si vous ne pouvez pas vous rendre à Lyon avant le 11 décembre et que vous avez manqué notre émission spéciale sur la Fête des Lumières : on vous offre l'occasion de vous rattraper ! Dans une vidéo de 7 minutes, on vous laisse découvrir la magie d'une première nuit féérique.

durée de la vidéo : 07min 00
Grand Format Fête des Lumières ©France Télévisions

C'est Place des Terreaux (1er) que de cette édition débute symboliquement par un décompte. En apothéose, un conte aztèque "Le lapin dans la lune" est projeté sur la façade de l'hôtel de ville et du Musée des Beaux-Arts de Lyon.

"C'est impressionnant, c'est féérique. Franchement, je suis très contente d'être là", nous confie une spectatrice. "Je viens de la Réunion. C'est la première fois que je viens ici. C'est vraiment super beau à voir. Je pense que c'est une chose pour laquelle il faut au moins se déplacer une fois pour la voir", poursuit une autre visiteuse. 

Une fête à hauteur d'enfant 

La fête des Lumières 2021 joue la carte de la jeunesse et de la famille. Parc du Sergent Blandan (8e) des installations, sous forme de jeux comme à la fête foraine, invitent petits et grands à interagir avec la lumière.  

Plus au Nord, au Parc de la Tête d'Or (6e), les jeux enfantins sont aussi mis en lumière. Ricochet, le nom d'une des installations dit tout ou presque. Son créateur, Jérôme Donna, employé aux lumières de la ville, affirme s'être inspiré de ce jeu d'enfant qu'il pratiquait petit sur le lac du parc. Deux autres œuvres sont également présentes dans le poumons vert lyonnais : La Créature du lac et Végétal'lum. 

"C'est magnifique, vraiment. La création, la poésie, l'étrangeté... c'est vraiment très beau", commente une spectatrice émerveillée. "Ca évolue et chaque fois on attend quelque chose, on attend un petit miracle", poursuit une autre. 

Le miracle de la lumière grâce à la fée électricité, Il y a toujours un truc. D'habitude l'événement s'organise autour d'un thème mais pas cette fois. Après une édition annulée pour raison sanitaire, la fête revient avec des installations hétéroclites.

"C'est relaxant. C'est une sensation calme et apaisante mais je ne peux pas vous dire à quoi cela correspond", nous avoue un visiteur devant Synergetics Place des Célestins (2e).

Les restaurateurs pas à la fête

Le côté "manger un morceau et boire un verre" en déambulant, si symbolique de la Fête des Lumières, n'avait pas droit de cité cette année. Un arrêté préfectoral, pris la veille du début des festivités, a interdit la vente à emporter repoussant les stands de l'autre côté du Rhône, place Lyautey (6e), en périphérie. 

"A 19h d'habitude on commence déjà à bien travailler et là on n'a pas vendu un seul kebab" explique, dépité, un restaurateur qui doit écouler 150 kg de viande.

Mais comme le Gaulois de Lugdunum est réfractaire, irréductible et assoiffé, en limite de la réglementation et du périmètre de la fête, quelques échoppes font de la résistance. 

"Le passage est moindre, mais on fait avec. On "stay hard" (on reste forts). On reste motivés et on va poursuivre la Fête des Lumières sans se lasser abattre par ce mauvais coup. Ça fait parti du jeu", explique un vendeur de crêpes ambulant.  

"Une fête des Lumières sans vin chaud c'est comme un jardin sans fleur !", commente un visiteur. "C'est dommage, on vient de l'apprendre mais cela ne va pas non plus nous empêcher de profiter de la soirée", affirme une autre. 

Une fête aux multiples traditions

De la nourriture terrestre à celle de l'âme il n'y a qu'un pas : celui de la tradition. Celui de la procession qui ramène aux origines religieuses du 8 décembre. Un merci à la Vierge Marie qui sauva, selon lagende, la ville de la peste en 1643. 

"C'est aussi une tradition. C'est aussi important que les Lyonnais soient là pour respecter cette tradition", nous confie un fidèle. 

Autre tradition du 8 décembre, celle des petits lumignons que l'on conçoit, offre et allume aux fenêtres. Celle-ci perdure, se transmet. Elle s'entretient avec un goût d'enfance qui revient. Depuis quelques année, elle s'est métamorphosée en une action solidaire : celle des lumignons du cœur. Ils sont vendus deux euros pièces. Les recettes sont chaque année reversées à une association. En 2021 c'est Gaelis qui lutte contre la précarité des étudiants qui en est bénéficiaire. Pour cette édition, 25 000 lumignons illuminent la Place des Jacobins (2e) pour symboliser cette belle action.

Regards multiples 

Sur la Cathédrale Saint-Jean (5e), se dresse Iris, une œuvre qui mérite d'être observées plusieurs fois pour être comprise dans son entièreté. 

"Chaque fois c'est merveilleux. C'est vraiment un bonheur, un régal, un plaisir de venir à cette Fête des Lumières même quand il ne fait pas beau", s'exclame un visiteur. 

"Les lumières sont vraiment très prenantes. La musique aussi. C'est vraiment un style, entre le classique et l'électro, ça me touche particulièrement", commente une jeune spectatrice. 

"J'ai trouvé très émouvant ce tableau. Quand on a l'impression que la lumière sort de la Cathédrale... si toute la lumière que l'on a en soit pouvait rayonner de la sorte... pourquoi pas !" poétise une troisième personne. 

Malgré la pluie, la première soirée de la Fête des Lumières a émerveillé les Lyonnais et les touristes venues pour l'occasion. La Fête se prolonge jusqu'au samedi 11 décembre. 

Cette année encore, à l’occasion de la Fête des Lumières, nous vous invitons à voter pour votre œuvre préférée. L’œuvre qui aura réuni le plus de voix recevra le Trophée des Lumières France 3 Auvergne-Rhône-Alpes/Ville de Lyon. Un joueur sera tiré au sort et gagnera un week-end gastronomique.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.