30 ans du procès Barbie : Klaus Barbie, parcours d'un criminel de guerre

Le 11 mai 1987, il y a 30 ans, Klaus Barbie comparaissait devant la Cour d’Assises du Rhône pour crime contre l’humanité. Un procès hors norme : 8 semaines d'audience, 149 parties civiles, des journalistes du monde entier. 

Par Christian Conxicoeur

Le premier volet de cette série de 5 numéros revient sur le parcours de Klaus Barbie, de ses crimes contre l'Humanité, jusqu'à son incarcération à Lyon en 1983. Une série signée Sylvie Adam et Julie Jacquard.
 

Le Boucher de Lyon, c’était son surnom : un homme froid, pur produit de l’idéologie nazie, qui s’est tristement illustré par la traque de Juifs, de résistants, de francs-maçons d’Amsterdam (1940-41) à la Russie (1941-42) puis à Lyon (1942-1944). Ses méthodes : torture, déportation ou exécution.
 

Un professionnel de la traque, la torture et la mise à mort

A Amsterdam, il mettra tant de zèle dans l’assaut du ghetto de la ville en février 1941 et dans la conduite de peloton d’exécution, qu’on lui attribuera la Croix de guerre.

En Russie, il est chargé de débusquer les partisans à l’arrière des lignes allemandes.

En France, il est affecté à Gex, puis Dijon, pour finir à Lyon au KDS ( Kommando der Sipo-SD). En février 1943, il prend la direction de la Gestapo de la région.

Il y fera exécuter ou concourra à la mise à mort de centaines de juifs, de résistants et d’otages, jusque dans les derniers jours de l’occupation (au siège de la gestapo, à la prison de Montluc, au terrain militaire de la Doua, à Bron, ou encore à Saint-Genis-Laval, mais aussi dans l’Ain et le Jura lors de la traque de maquisards)

 

Criminel jusqu’au bout du bout

C’est lui qui traquera et torturera Jean Moulin, comme des centaines de personnes, résistantes ou non. C’est toujours lui qui supervisera la déportation des 44 enfants d’Izieu et 7 adultes, le 6 avril 1944. C’est encore lui, le 11 aout 1944, qui organisera le dernier convoi de déportés avec 650 personnes dont 342 non-juifs et 308 juifs.

Après la Libération de la France, Barbie parvient, blessé, à gagner la ville de Baden-Baden en Allemagne. Il termine la guerre à Wuppertal (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).
 

Protégé et exfiltré par les américains

En 1945, il participe à un réseau de résistance nazie en Allemagne. Il est arrêté plusieurs fois, mais cache sa véritable identité. Il est ensuite recruté par un réseau de renseignement anticommuniste financé par les services secrets de l’armée américaine. 

 En 1951, Barbie, accusé de vol par la police allemande, est exfiltré vers l'Argentine avec le concours des services secrets américains (CIA), puis il s’installe en Bolivie, pays qui le protégera en utilisant ses sinistres compétences pour traquer les opposants jusqu’à la fin de la dictature. Il sera expulsé vers la France le 5 février 1983.

Il sera interné aussitôt au fort Montluc à Lyon à la demande du ministre de la justice de l'époque Robert Badinter. Une mesure symbolique puisque c'est là qu'officiait la barbarie nazie incarnée par un certain Klaus Barbie. 

 

Le procès

Les règles du tournage confié à FR3 sont très strictes. Un magistrat du Parquet veille en régie. Les cassettes sont remisées dans un coffre-fort à l'issue de chaque journée.
La presse du monde entier est présente : 600 journalistes et techniciens dont 50 pour la seule chaîne américaine CBS, suivront les audiences.
Au 3e jour du procès, Klaus Barbie refuse d'assister au débat. La parole des victimes devant ce box vide se libère.

 


Les témoignages

L'absence de Klaus Barbie va permettre au récit des 149 victimes d'occuper toute la place. Pour certains, c'est la première fois qu'ils en parlent en public.
Sabine Zlatine, directrice de la colonie d'Izieu en 1943 demande alors des comptes 

Je demande : Les 44 enfants, c'était quoi, c'était des résistants ? c'était des maquisards ? Qu'est-ce qu'ils étaient ? C'était des innocents

Les familles ont entendu à ce moment leurs proches raconter toute l'horreur de ce qu'ils avaient vécu. Les témoins sont convaincus que le temps de la parole est venu. Qu'il est indispensable de tout dire pour que la vérité éclate et que tout le monde soit au courant. Que personne ne puisse encore dire On ne sait pas.
 

Le procès

Le 4 juillet 1987, il est quasiment une heure du matin quand le verdict tombe. Klaus Barbie est condamnée à la perpétuité. C'est la première fois qu'en France un homme est condamné pour un crime contre l'humanité.
Il restera impassible, figé.
La veille avant le délibéré, il s'était exprimé en français :

Je n'ai pas commis la raffle d'Izieu. Je n'ai jamais eu le pouvoir de décider la déportation. J'ai combattu la résistance, que je respecte, avec dureté mais c'était la guerre et la guerre c'est fini.

Or l'ordre écrit existe. La maison d'Izieu expose le document.

La transmission de la mémoire

6 avril 1944, 47 enfants et 7 éducateurs sont raflés puis gazés. La maison d'Izieu est là pour porter leur parole. Le Mémorial d'Izieu conserve le photostat du télégramme de Barbie relatif à la rafle d'Izieu : il annonce la rafle de la colonie d’Izieu, dénombre les personnes arrêtées et mentionne leur transport à Drancy le 7 avril 1944. Ce document, provenant des archives du Juge Falco, avait été produit au procès de Nuremberg. "Cette pièce a servi à établir le crime contre l'Humanité, au nom de la France, au procès de Nuremberg," explique Dominique Vidaud. "Au procès de Barbie en 1987, c'est l'original qui a été produit." La Maison d'Izieu s'est ainsi trouvée en 1987 au coeur du procès du "boucher de Lyon". Une seule personne a survécu à cette rafle du 6 avril 1944 : Léa Feldblum, monitrice. Elle témoigna au procès...


Barbie : un criminel hors norme

Les statistiques officielles du ministère de la Justice permettent de quantifier l'étendue des crimes de Klaus Barbie.  Condamné à la peine capitale par contumace en 1952 par le tribunal permanent des forces armées de Lyon, on lui impute, rien qu’en France, 4342 assassinats, 7581 déportation de Juifs ainsi que 14311 arrestations et tortures de résistant. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus