30 ans de prison pour l'auteur du féminicide de Montmélian en Savoie

Jugé pour le meurtre de son ex-compagne Rita B. à Montmélian, Alberto C. est condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la Cour d’assises de Savoie. Il avait déjà été condamné à 3 ans de prison pour un premier féminicide il y a 30 ans. Une récidive d'assassinat, rare en Cour d'assises.

Le palais de justice de Chambéry.
Le palais de justice de Chambéry. © L. Broquerie / France 3 Alpes

Ce 27 janvier 2021, Alberto C., 63 ans, a été condamné par la Cour d'assises de Savoie à 30 ans de réclusion criminelle, avec une peine de sûreté de 20 ans.

L'homme est aussi condamné à l'interdiction de porter une arme pendant 15 ans, et à l'inscription au FIJAIS, le fichier des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes.

La Cour, qui a délibéré pendant moins de trois heures, a suivi le réquisitoire de l'avocat général. Elle a retenu l’altération du discernement au moment des faits, ce qui permet au condamné d'éviter la réclusion criminelle à perpétuité.

Alberto C. avait refusé d'assister au procès qui se tient depuis trois jours. Mais il s'est présenté lors de la lecture du verdict, sans faire aucune déclaration. 

 

"Il refuse d'être un animal de foire"

 

Comme les parties civiles, sa propre avocate regrette qu'il n'ait pas voulu prendre la parole à l'audience. "La réflexion des jurés n'a pas été nourrie comme elle aurait du l'être. Il n'a même pas voulu que je cite des témoins".

Maître Véronique Pigeon le défend depuis quatre ans, depuis sa garde à vue. "Ca fait quatre ans que je l'observe. Je sais que derrière une espèce de façade de quelqu'un qui râle beaucoup, qui crie, qui s'emporte facilement, il y a quelqu'un de profondément sensible".

"C'est quelqu'un de très tourmenté, une personnalité très complexe. Il estime que cet assassinat, c'était avant tout un suicide."

Elle ajoute : "pour lui, ça fait partie de l'intime, il estime que ça ne regarde pas les médias, ni le public. Il est tout sauf inconscient des conséquences, mais il n'entend pas qu'on le trahisse en cherchant à le définir comme un monstre.

On a besoin de dessiner un personnage horrible, pour se dire qu'on ne fera pas la même chose. Monstre, ça vient du latin montrer. Il refuse d'être un animal de foire".

 

Deux féminicides à moins de 30 ans d’intervalle

 

Le 8 février 2017, Alberto C., chauffeur routier, se rend sur le lieu de travail de son ex-compagne, Rita B., à Montmélian, en Savoie. Il lui tire quatre balles dans le thorax.

Il retourne ensuite l’arme contre lui et tire trois fois. Mais il ne succombe pas à ses blessures.

Il reconnaît vite le meurtre avec préméditation avant d'être mis en examen, dans un premier temps, pour assassinat.

 

Un premier féminicide en 1988

 

Les enquêteurs apprennent vite qu’Alberto est déjà connu de la justice. En 1988, à Turin, il étrangle à mort sa compagne, Immacolata.

La raison : elle refuse sa demande en mariage. Alberto est condamné à sept ans de prison, et en passe trois derrière les barreaux, avant d’être remis en semi-liberté. 

 

Des numéros à retenir

Le 3919 Violence Femmes Info est le numéro national de référence pour les femmes victimes de violences

Un numéro vert pour aider les hommes craignants d'être violents a été mis en place en avril dernier par le gouvernement : 08 019 019 11

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société