• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Chapareillan (Isère), la route du col du Granier fermée après une impressionnante coulée

© Fabien Hobléa - Edytem, CNRS-Université Savoie Mont-Blanc
© Fabien Hobléa - Edytem, CNRS-Université Savoie Mont-Blanc

C'était redouté et c'est arrivé! Les débris issus des éboulements successifs au Mont Granier ont été emportés dans une lave torrentielle en raison des pluies. Du coup, ce vendredi 13 mai au matin, la RD985A, la route du col du Granier, a été fermée à Chapareillan. 

Par Franck Grassaud

C'est une coulée de pierres qui avance lentement mais qui ensevelit tout sur son passage, emportant les petits arbustes notamment. Cette lave torrentielle est chargée de boue et de blocs. Les pluies ont en fait "lessivé" l'endroit où sont tombés les éboulis (le cône de déjection) et l'ensemble a profité du tracé d'un torrent tout proche.

A force d'avancer, la "vague" a gagné un lacet de la route départementale 285 reliant Chapareillan au col du Granier vers midi, comme un tapis roulant. Le bruit sur le bitume est digne de celui d'un tank. 

Images de la coulée de pierres au Granier
Images. Edytem, CNRS-Université Savoie Mont-Blanc.

L'axe a été fermé et une déviation locale mise en place. 

Lave torrentielle au pied du Granier


RTM (Restauration des Terrains de Montagne) étudie actuellement un moyen pour canaliser cette lave et la dévier, afin d'éviter les habitations les plus proches. 

Ce vendredi, le laboratoire ISTerre a par ailleurs donné les conclusions de ses études sur la quantité du "matériel" tombé, comme disent les spécialistes. Grâce à des modélisations 3D, on sait maintenant que l'éboulement de samedi dernier aura vu 50.000m3 de roches se détacher. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus