Effondrement au Mont Granier: "il reste un risque résiduel de petites chutes de pierres"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Hédiard
© France 3 Alpes

Ce lundi 11 janvier, un hélicoptère a survolé le Mont Granier dans le massif de la Chartreuse, aux confins de l'Isère et de la Savoie. A bord, des spécialistes sont venus analyser les risques après l'éboulement de samedi dernier. Plusieurs centaines de mètres cubes de roches se sont décrochés.

Des géologues de la Restauration des Terrains en Montagne (RTM), accompagnés de la chef de cabinet du préfet de la Savoie ont survolé le Mont Granier en hélicoptère vers 14 heures. Les rotations ont duré près d'une heure avec plusieurs vols statiques au plus près de la zone de l’éboulement, une saignée de 20 mètres de large sur 200 mètres de haut.

Les spécialistes sont venus étudier la structure de la roche pour évaluer les risques éventuels et définir les mesures de sécurisation à prendre. Des blocs menacent toujours de se décrocher. Dimanche déjà un vol avait été organisé, emmenant des pompiers et le maire d’Entremont-le-Vieux très inquiet. Difficile en effet de prévoir si d'autres blocs se détacheront.

Finalement, le premier bilan de l'expertise présenté en préfecture ce lundi montre "un risque résiduel de petites chutes de pierres". L'accès autour de l'éboulement sera donc interdit par arrêté municipal. Côté Isère, les sentiers de randonnée resteront fermés et toutes les activités à proximité du site sont déconseillée.

De nouvelles reconnaissances aériennes seront organisées au printemps.

Reportage Marie Michellier, Vincent Habran et Philippe Caillat
durée de la vidéo: 01 min 17
Suites de l'éboulement du mont Granier

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.