• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Trimet, candidat sérieux pour la reprise de Rio Tinto en Maurienne selon Arnaud Montebourg

Ce mardi 21 mai, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, est en visite au siège de Trimet à Essen, en Allemagne. Il souhaite juger sur pièces l'offre du plus grand producteur allemand d'aluminium qui veut reprendre les sites Rio Tinto de Saint-Jean-de-Maurienne et Castelsarrasin.  

Par France 3 Alpes avec AFP

Les propos du ministre sont clairs: "il n'y a qu'une seule offre, celle de Trimet, et nous souhaitons réussir cette transmission des commandes".

Avant de rencontrer les dirigeants du groupe familial allemand, en négociation avec Rio Tinto Alcan pour la reprise des deux usines françaises, A. Montebourg est même allé jusqu'à plaider pour la création d'un "Péchiney franco-allemand".

Juger sur sur pièces


Selon une source de Bercy, c'est le groupe allemand qui a proposé au ministre de se rendre en Allemagne pour "juger sur pièces" la qualité de son offre de reprise.

En Allemagne, le ministre est accompagné d'Hervé Gaymard, président UMP du Conseil général de la Savoie, et de deux députés et deux sénateurs de la région. Le site de Saint-Jean-de-Maurienne emploie 550 personnes, il appartenait à l'ex-fleuron français de l'aluminium Péchiney qui a été racheté par le groupe canadien Alcan en 2003, lui-même absorbé par Rio Tinto en 2007.

Selon Arnaud Montebourg, Trimet a su résister à la crise qui frappe le secteur de l'aluminium en Europe en se lançant notamment dans le recyclage.

La société allemande, fondée en 1987, emploie 1900 personnes et tous ses sites de production se trouvent en Allemagne.

La reprise de Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) et de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) constituerait donc sa première acquisition d'une usine de production à l'étranger.

Trimet a réalisé un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros sur l'exercice 2011/12. Il produit 500.000 tonnes d'aluminium par année et augmenterait ses capacités de 100.000 tonnes en reprenant le site de Saint-Jean-de-Maurienne.

Dernières négociations


Les négociations pourraient aboutir dans trois à quatre semaines selon Hans-Peter Schlüter, président et fondateur du groupe allemand. Trimet a estimé l'investissement nécessaire à "200 ou 250 millions d'euros sur dix ans" sur les deux sites français de Rio Tinto Alcan (RTA).

Hans-Peter Schlüter a toutefois précisé que "les grands points clefs restent à régler", pendant les prochaines semaines, notamment la question de "l'approvisionnement en alumine".

L'entreprise allemande souhaite un contrat établi sur la durée et EDF préférerait un contrat à plus court terme.

Maintenir les emplois


Le groupe allemand se serait également engagé à maintenir les emplois des deux sites auprès du gouvernement. Arnaud Montebourg a transmis à la direction de Trimet les préoccupations des syndicats français.






A lire aussi

Sur le même sujet

marche migrants

Les + Lus