Stations de ski : les remontées mécaniques ne rouvriront pas avant février, annonce Jean Castex

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les remontées mécaniques ne rouvriraient pas avant la fin du mois de janvier à cause de l'épidémie de Covid-19. Les acteurs de la montagne craignent une saison blanche.

Les remontées mécaniques de La Clusaz (Haute-Savoie) fermées à cause de la pandémie de Covid-19, en décembre 2020.
Les remontées mécaniques de La Clusaz (Haute-Savoie) fermées à cause de la pandémie de Covid-19, en décembre 2020. © Giacomo Italiano / MAXPPP

Les remontées mécaniques ne tourneront pas avant le 1er février. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 7 janvier qu'à cause de l'évolution de la pandémie de Covid-19, les remontées mécaniques "ne pourront pas rouvrir tout de suite". Un point de situation aura lieu le 20 janvier pour voir si une réouverture est possible début février. Les stations de sport d'hiver n'ont pas encore commencé leur saison, devant notamment faire une croix sur les vacances de Noël à cause de la seconde vague de coronavirus.

Cette décision était redoutée des acteurs de la montagne dont certains s'estiment lésés par le gouvernement. L'exécutif envisageait de rouvrir les remontées mécaniques ce jeudi si la situation sanitaire s'améliorait, mais "le niveau des contaminations reste élevé dans notre pays, il a même tendance à progresser", a expliqué Jean Castex. Le chef du gouvernement a rappelé que "chaque jour, 2 500 nouvelles hospitalisations et plus de 200 admissions en réanimation" sont comptées en France. "Nous ne sommes toujours pas sortis d'affaire", a-t-il poursuivi, disant "comprendre l'inquiétude des élus et des acteurs de la montagne".

"Les pertes financières sont estimées à 1 milliard 600 millions d’euros pour l’ensemble des acteurs de la montagne sur ces quinze jours de Noël et Nouvel an", nous expliquait Alexandre Maulin, président des Domaines skiables de France. Les départements alpins souffrent particulièrement de la fermeture des remontées mécaniques. Le nombre de nuitées touristiques enregistrées dans les stations de l'Isère en décembre 2020 est notamment en baisse de 42% par rapport à 2019.

 

Couvre-feu à 18h ?

En réaction aux annonces de Jean Castex, l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) demande "une ouverture des remontées mécaniques au plus vite pour éviter une catastrophe économique et sociale qui concernera tous les territoires de montagne". Dans un communiqué publié quelques jours plus tôt, elle jugeait qu'une saison blanche n'impacterait "pas que les entreprises et salariés qui en subiront les conséquences, mais également toute la vie et les habitants de nos territoires de montagne". Affirmant comprendre leur "besoin de visibilité, notamment sur la possibilité d'ouvrir pendant les vacances de février", le Premier ministre a toutefois jugé "prématuré de prendre une décision aujourd'hui, compte tenu des incertitudes sanitaires qui demeurent".

Outre les remontées mécaniques, les restaurants, musées, cinémas, théâtres, salles de spectacle, des équipements sportifs ou de loisirs resteront fermés pour les semaines qui viennent. Jean Castex a également prévenu que le couvre-feu à 18 heures pourrait concerner dix nouveaux départements de l'est de la France. L'annonce doit intervenir ce vendredi. Selon les informations de France 3 Alpes, l'Isère, la Savoie et la Haute-Savoie ne seraient pas concernés par cette mesure.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme covid-19 santé société