• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Top 14 : avalanche d'essais de Clermont à Grenoble

Après huit minutes de jeu, Nakaitaci, mis sur orbite par Fofana, mettait son premier essai du match. Le même Nakaitaci enfonçait le clou dix minutes plus tard en menant seul un contre supersonique qui laissait les Isérois sonnés (18e). / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Après huit minutes de jeu, Nakaitaci, mis sur orbite par Fofana, mettait son premier essai du match. Le même Nakaitaci enfonçait le clou dix minutes plus tard en menant seul un contre supersonique qui laissait les Isérois sonnés (18e). / © JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Clermont a temporairement pris la tête du Top 14 vendredi soir, lors du match avancé de la 17e journée, en s'imposant largement sur la pelouse de Grenoble (45-12), qui peine à confirmer au Stade des Alpes sa bonne forme du moment.

Par avec AFP

Les Clermontois, qui ont inscrit la bagatelle de six essais et empoché le point de bonus offensif, s'assoient provisoirement dans le fauteuil de leader avec 53 points, avant les rencontres qui se disputeront samedi. C'est la quatrième victoire consécutive à l'extérieur pour les joueurs de Franck Azéma, qui se sont imposés à Brive, Agen et Castres. Ils actent également à Grenoble leur troisième rencontre sans défaite.

Sans munition, les Grenoblois ne sont une nouvelle fois pas parvenus à confirmer sur leur pelouse leurs bonnes dispositions actuelles hors de leur base. Celles qui leur ont notamment valu de damer le pion au Stade Français dans son antre lors de la précédente journée (33-18). Les Isérois, 33 points, pourraient avec ce revers perdre une place au classement en cas de succès de La Rochelle face à Toulon.

Clermont douchait le Stade des Alpes dès l'entame de la partie en inscrivant coup sur coup deux essais limpides, devant une défense iséroise amorphe, par l'intermédiaire de Strettle (1ère), puis de Davies (4e). Après huit minutes de jeu, le match virait à la démonstration avec un essai de Nakaitaci, mis sur orbite par Fofana (8e). Le même Nakaitaci enfonçait le clou dix minutes plus tard en menant seul un contre supersonique qui laissait les Isérois sonnés (18e).

Dans un sursaut d'orgueil, Grenoble poussait et se voyait d'abord refuser un essai sur un ballon porté. Sur la mêlée suivante, Grice récompensait les efforts des siens en perforant le rideau défensif clermontois (24e). Réduits à quatorze après le carton jaune de Davies, l'ASM subissait les assauts répétés du FCG mais dans un nouveau mouvement collectif parfaitement orchestré par Lopez, Nakataci inscrivait un triplé (36e).

De retour des vestiaires, le deuxième essai personnel de Grice côté grenoblois (60e) n'empêchait pas l'ASM d'achever son adversaire par une ultime missive de Sanga (74e), offrant à Clermont une victoire aussi maîtrisée
qu'incontestable.



Pour Fabrice Landreau, directeur sportif de Grenoble, "la déception est à la hauteur de l'investissement. Ca fait plusieurs semaines que l'on travaille dur et que l'on produit de bonnes choses. Mais on est tombés sur une équipe impitoyable, qui a fait preuve d'autorité. Au bout de 10 minutes de jeu, elle avait quasiment cadenassé la partie. A moins d'un véritable exploit, on savait que ce serait compliqué ce soir. On est tombés sur une belle équipe qui a maitrisé son sujet du début à la fin. Ils ont beaucoup de qualité à tous les postes et ils ont été efficaces. On a dû subir, en trouvant très peu de solutions. Quelques ballons portés et deux essais au courage, ce n'était pas assez pour battre Clermont. On sentait beaucoup de confiance dans cette équipe qui ne nous a pas laissé respirer. On a pris une belle leçon ce soir."

Du côté de Franck Azéma, entraîneur de Clermont, la satisfaction est là : "Ca fait plaisir de voir ce que l'on a produit ce soir, surtout dans l'état d'esprit. Cela fait deux ou trois semaines que l'on sent que collectivement, il se passe quelque chose. On a une emprise sur le jeu et défensivement. Même si on a pris des essais, on n'a pas lâché près de nos lignes et l'on s'est accroché. On s'est envoyé collectivement malgré les trente points d'avance et c'est un message fort. On a vu de beaux mouvements et du rythme. C'était intéressant. Sur l'entame, Grenoble a pris un coup derrière la tête. On est toutefois restés vigilants, connaissant la qualité de cette équipe. La copie est propre et on a montré du caractère, c'est une belle performance. Il y a un mois en arrière, on étaient à jeter aux orties."

Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus