Vanosc (Ardèche) : la free party n'aura pas lieu

Une dizaine de jeunes s'apprêtaient à organiser une free-party au sommet de la Croix du Céllarier, sur la commune de Vanosc. Ils ont été arrêtés net dans leurs intentions par les gendarmes de la brigade de Tournon-sur-Rhône et leurs collègues ligériens.



 
© France 3 Rhône-Alpes
Chaque été, c'est la même rengaine. Des organisateurs de free-party sont à la recherche de lieux où faire la fête. Si possible des sites très isolés pour faire la teuf comme ils l'entendent, avec le pus souvent, force consommation de produits illicites et d'alcool. C'est ce qui était dans les objectifs d'une dizaine de jeunes issus de la région stéphanoise ce mercredi. Arrivés sur place, ils ont été interceptés par les forces de l'ordre. Et ont du renoncer à leurs festivités auxquelles un demi-millier de fêtards devaient se rendre.
Le matériel de sonorisation a été saisi.
Plusieurs tentatives identiques étaient sur le point de se dérouler en juin notamment, avec les mêmes effets côté gendarmerie. "Nous savons, chaque été que des groupes cherchent un lieu pour organiser ce type d'événement. Nous sommes donc vigilants avec un renforcement des patrouilles là où les organisateurs sont susceptibles de s'installer", explique la commandante Cazorla, de la Brigade de Tournon. 

L'organisateur risque une forte amende

Outre le fait que l'événement, aussi festif soit-il, n'est pas déclaré, la question de la sécurité est au coeur de l'action des gendarmes. Sur place, il n'y a aucune assistance sanitaire prévue ni quoi que ce soit en ce qui concerne la sécurisation des lieux. "La venue des pompiers, du Samu  est très difficile et donc longue compte-tenu de la petite route qui mène au sommet de cette butte', confirme la commandante. 
Selon notre confrère Le Dauphiné Libéré, une personne a été entendue pour organisation d’une soirée musicale sans autorisation sur un lieu non prévu à cet effet, en audition libre, par les gendarmes. Il s’agirait de l’organisateur, originaire de Saint-Étienne. Il risque la confiscation du matériel et une importante amende. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société