VIDEO. “Il nous a bousillés” : des proches de Nordahl Lelandais livrent un témoignage édifiant

Nordahl Lelandais, le tueur présumé de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer. / © DR
Nordahl Lelandais, le tueur présumé de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer. / © DR

Des proches de Nordahl Lelandais racontent comment ils ont appris les agissements de l'ancien militaire, alors qu'ils le croyaient innocent. Le meurtrier présumé de la petite Maëlys aurait également agressé leurs propres filles.

Par France 3 Alpes avec franceinfo

Alors que le procès Lelandais va s'ouvrir dans quelques mois, de proches cousins du tueur présumé livrent un témoignage édifiant à nos confrères de France 2. Les deux couples sont passés d'un lien très fort avec Nordahl Lelandais à la découverte d'un autre visage de celui qui est notamment accusé d'être un prédateur sexuel.

Quand l'ancien militaire de 34 ans est mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys en Isère, en septembre 2017, ses cousins le défendent, estimant qu'il est victime d'une injustice. Nordahl Lelandais, lui, clame son innocence. "C'était forcément une erreur, c'était le bouc-émissaire. On a tout de suite imaginé ça et on se serait fait couper une main que c'était pas lui", livre anonymement l'une des personnes concernées. Mais plus tard, le trentenaire avoue tout aux enquêteurs, jusqu'au lieu où il a abandonné le corps de la fillette.
 

"Ça met un coup de massue, on est tellement trahis, je me suis senti tellement mal même envers des amis que je me suis mis à dos. En fait, ils avaient tous raison", ajoute un autre proche de Lelandais. Et tous étaient encore loin de se douter que, quelques jours avant le meurtre de Maëlys, leurs propres filles avaient été victimes de leur cousin.

 

"Il a pris quelque chose de ma fille"


En juin 2018, les enquêteurs ont retrouvé les vidéos de ces agressions sexuelles sur du matériel informatique. Nordahl Lelandais finit par reconnaître les faits. "On a tous les deux refusé de voir les vidéos mais on a regardé les photos et on a tout de suite identifié notre fille qui avait 4 ans à l'époque", témoigne la maman de l'une des victimes.

"Il a pris quelque chose de ma fille. On ne fait pas de chose comme ça à un enfant", reprend la mère de la seconde fillette. "C'est du dégoût, c'est de la culpabilité. On se demande pourquoi on est allés là-bas, il y a toute sorte de choses qui passent par la tête à ce moment-là."

"Il nous a bousillés", résume un autre cousin de Lelandais. Les proches de l'ancien maître-chien disent vouloir s'exprimer aujourd'hui pour soutenir les parents de Maëlys dans la recherche de la vérité à quelques mois de son passage devant la cour d'assises, expliquent encore nos confrères de France 2.
 

Nordahl Lelandais est aussi mis en cause pour des agressions sexuelles commises sur deux autres petites cousines ainsi que pour le meurtre du capital Arthur Noyer, tué à Chambéry en avril 2017. Mis en examen pour assassinat dans un premier temps en décembre 2017, Lelandais avait reconnu une bagarre entre lui et la victime qui avait entraîné la mort du caporal de 23 ans, membre du 13e Bataillon de chasseurs alpins.

Le parquet de Chambéry vient finalement de requérir le renvoi de Nordahl Lelandais pour meurtre devant la cour d'assises de la Savoie, revenant ainsi sur le notion de préméditation. Une décision qui a suscité "anéantissement, colère et incompréhension" chez les proches du caporal Noyer.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus