En visite chez Sigma et Serge Ferrari en Isère, François Hollande croit en la reprise

Persuadé que "la reprise est là", François Hollande réinvestit le terrain économique avec de nouvelles visites d'entreprises. Ce jeudi 12 mars, de passage en Isère, le chef de l'Etat s'est rendu chez Sigma, fabricant de télécabines, et chez Serge Ferrari reconnu pour ses matériaux composites.

François Hollande est d'abord arrivé tout sourire chez Sigma, filiale du groupe Poma le leader du transport par câble. Après une rentrée marquée douloureusement par les attentats de Paris, le chef de l'Etat est parti depuis huit jours à la rencontre de "la France qui gagne".

"Je voulais venir en Isère pour saluer des réussites industrielles remarquables", a expliqué le président, "et qui montrent que la France est capable d'exporter sa technologie, de créer des emplois sur place et également d'investir". 

Son mantra: même "fragile", la "reprise est là". Le président Hollande n'en demeure pas moins prudent, sans doute échaudé par sa prophétie démentie sur l'inversion de la courbe du chômage en septembre 2012 ou le "retournement économique" déjà promis en mai dernier. N'empêche. Le moment est venu, selon lui, de "stimuler" et d'"amplifier" ce frémissement dont témoigne d'autres indicateurs sur le moral des ménages, la consommation ou les investissements "qui deviennent plus encourageants". Et l'année 2015 s'est ouverte sur un léger recul du nombre de demandeurs d'emplois (-19.000) à 3,48 millions. 

L'entourage de François Hollande insiste: "Depuis quelques semaines, le président perçoit un frémissement de l'activité économique", il "sent que c'est le moment de valoriser cette France qui gagne". D'où ces visites d'entreprises qui embauchent, exportent et collectionnent les contrats à travers le monde.

Reportage Xavier Schmitt, Vincent Habran, Sophie Villate


Les entreprises innovantes

Pour montrer que ça bouge, rien de tel que de montrer des entreprises qui bougent comme Sigma, filiale du groupe POMA. Créé en 1947 par Jean Pomagalski, le groupe réalise un chiffre d'affaires de près de 300 millions d'euros, en forte croissance, dont près de 60% à l'exportation. Il emploie près de 900 personnes dans le monde, dont plus de 300 en France.

Après avoir fortement investi dans l'Hexagone et en Amérique du Nord sur l'équipement des stations de sports d'hiver, il s'est déployé en Asie et en Amérique Latine avec des télécabines utilisées pour les transports urbains à Medellin, Taipei ou New York ou encore les cabines de la grande roue "London Eye".

François Hollande a visité l'usine de Sigma Composite implantée à Veyrins-Thuellin, spécialisée dans la fabrication de cabines.

Il s'est ensuite rendu chez Serge Ferrari, à Saint-Jean-de-Soudain. L'entreprise familiale de textile s'est reconvertie, à partir du milieu des années 1970, dans la conception de matériaux composites souples à destination de la construction, de l'industrie et de l'ameublement.

Aujourd'hui coté en bourse, le groupe est présent dans plus de 80 pays à travers le monde et son chiffre d'affaires de près de 140 millions d'euros en 2013, réalisé à 75% à l'exportation. Les toiles composites de Serge Ferrari ont recouvert plusieurs stades de la Coupe du Monde de football 2014 au Brésil ainsi que le centre aquatique des jeux Olympiques de Londres.

François Hollande a également rencontré les dirigeants de six entreprises innovantes de la région (Ulis, Fluoptics, Aledia, Symbio Fcell, Ryb eliot et Iskn) avant de regagner Paris.