• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Wauquiez, Queyranne et Boudot se disputent autour de “la police du rail”

© Max PPP
© Max PPP

L.Wauquiez, candidat aux régionales en Rhône-Alpes/Auvergne va interpeller le premier ministre sur l'urgence d'une police du rail en Rhône-Alpes. Le président sortant J.J Queyranne lui reproche son "populisme". Le candidat FN, Ch.Boudot, moque pour sa part "l'ignorance" de L. Wauquiez.

Par Ph.Bette avec l'AFP

Le chef de file de la droite et du centre aux élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (Les Républicains), a rendu public mercredi le contenu d'une lettre qu'il compte transmettre au Premier ministre Manuel Valls et où il demande la création d'une police du rail dans la région.
"Les agressions et outrages aux agents de la SNCF ont plus que triplé en 7 ans et il y a eu en 2013 plus de 7.600 actes de délinquance dans (les) trains" en Rhône-Alpes, affirme M. Wauquiez dans son texte.
 
M. Wauquiez affirme tenir de source officielle ces chiffres de l'insécurité dans les trains. Statistiques que conteste vigoureusement le président socialiste sortant de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne. "J'accuse M. Queyranne de minimiser gravement l'insécurité dans les TER et d'immobilisme, car il n'a rien fait depuis 5 ans", a ajouté M. Wauquiez.

J.J. Queyranne lui répond aujourd'hui de façon ironique : Le populisme débarque par TGV dans la campagne électorale" : "7.600 actes, cela voudrait dire qu'il y a 20 agressions par jours dans les TER !" a raillé le président sortant, accusant Laurent Wauquiez de colporter des chiffres erronés. Il a brandi "des chiffres officiels de la préfecture" de région : "En 2013, dans les TER, il y a eu 853 infractions, comme les atteintes aux biens, dont 450 atteintes aux personnes", a ajouté l'élu socialiste.

Quant à la demande de création d'une "police du rail" de son adversaire, Jean-Jack Queyranne a rappelé qu'elle existait déjà, à travers les agents de la Suge (Surveillance générale), la police ferroviaire de la SNCF. Il y a environ 200 agents en Rhône-Alpes.

Christophe Boudot, tête de liste FN en Auvergne-Rhône-Alpes, a lui aussi ironisé - dans un communiqué intitulé "Wauquiez fait du Morano et déraille" - "Si monsieur Wauquiez connaissait ses dossiers, il saurait que plus de 160 agents de la surveillance générale (Suge) agissent déjà sur le terrain en Rhône-Alpes et que les pouvoirs de ces agents de sûreté sont malheureusement trop limités".

Le Premiër ministre a répondu à sa façon , lors de sa visite aux rencontres nationales du transport public à Lyon :
Sécurité ferroviaire : Valls répond

 


A lire aussi

Sur le même sujet

in : la 33e édition du Mondial du Quad se prépare à Pont-de-Vaux

Les + Lus