• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Quand Montebourg fait la promo d'Armor Lux

La Une du Parisien magazine
La Une du Parisien magazine

La presse s'en fait largement l'écho aujourd'hui : Arnaud Montebourg, ministre du développement productif, a posé en marinière Armor Lux à la Une du Parisien Magazine pour défendre le "Made in France".

Par Krystell Veillard

La photo du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg posant en marinière Armor-Lux à la "Une" du Parisien magazine à paraître vendredi, est "une bonne surprise"
pour le patron du groupe breton, Jean-Guy Le Floc'h. "C'est une bonne surprise, une bonne nouvelle", a t-il déclaré à l'AFP, en assurant n'avoir pas été au courant de la préparation de cette couverture et n'avoir pris connaissance de cette "Une" que jeudi après-midi.
Voir Arnaud Montebourg arborer une marinière Armor-Lux, "c'est une bonne publicité pour nous. Ici, tout le monde est très content, ça nous fait plaisir", a commenté le patron breton.
Fondé en 1938 sous le nom de Bonneterie d'Armor, le groupe Armor-Lux assure 40% de sa production en France où il emploie 600 personnes, dont 380 dans ses usines de Quimper.
Pour défendre les produits fabriqués en France, Arnaud Montebourg apparaît en couverture du Parisien magazine portant au poignet une montre Michel Herbelin et tenant dans ses mains un blender Moulinex. Dans l'article du Parisien le ministre du Redressement productif  appelle à créer des rayons "made in France" dans les supermarchés et demande des restrictions aux importations de smartphones pour développer leur production en France. "Je m'apprête à écrire aux enseignes de la grande distribution pour les encourager, comme elles l'ont fait pour le bio, à créer des rayons "made in France", explique le ministre, qui regrette que l'Union européenne (UE) interdise le marquage de l'origine géographique des produits.
 "La photo est très sexy si je puis dire", a déclaré La présidente du Medef Laurence Parisot sur RTL, saluant le travail du ministre en faveur des entreprises françaises, mais
lui reprochant son interventionnisme.

Avec l'AFP

Sur le même sujet

L'histoire du football féminin

Les + Lus