• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Bertrand Desplat, président de Guingamp : “EAG peut s'imposer durablement au plus haut niveau”

Bertrand Desplat, président de l'EAG / © EAG
Bertrand Desplat, président de l'EAG / © EAG

Bertrand Desplat, le président d'EAG est l'invité de la Voix est libre sur France 3 Bretagne, ce samedi 5 octobre 2013, à 11h30. Il parle de son attachement au club de Guingamp, du futur centre de formation, de ses relations avec l'entraîneur, les joueurs... en toute liberté.

Par Sylvaine Salliou

Sur le club d'EAG et ses résultats

"On a les infrastructures d'un club professionnel, l'organisation d'un club professionnel, les finances sont très saines. Les fondamentaux sont en place pour qu'on puisse s'imposer durablement au plus haut niveau. Mais, ajoute-t-il, il faut être aussi réaliste, quand on est une petite ville, pour ne pas dire un village d'un peu plus de 7000 habitants, c'est déjà extraordinaire de pouvoir rivaliser avec les plus grandes métropoles françaises". 


Sur Jocelyn Gourvennec

"On est dans une transmission au sein du club, on reste très proches des anciens dirigeants, mais on incarne une nouvelle forme de jeunesse, on est très complices [avec Jocelyn], et quand la doublette entraîneur président fonctionne bien, elle entraîne tout un club."


Sur le derby Guingamp-Rennes

Il ajoute que la rage de vaincre fait partie de l'ADN du club d'EAG, "Il y a  une surplus de motivation quand on rencontre le grand frère, une équipe qui se présente souvent comme celui de la capitale bretonne. L'image de challenger est positive pour l'opinion publique, les Français et les Bretons aiment les petits qui gagnent". 


Sur les incidents au Stade de la Route de Lorient, et la plainte du SRFC


"Je suis solidaire de Frédéric de Saint-Sernin, ses déclarations sont pleines de bons sens, il ne doit pas y avoir le moindre débordement. Il y a un petit côté impertinent [dans la communication du Stade rennais et ses affiches avec un canard vibrant], mais évidemment, toute action entraîne une réaction, il aurait peut-être fallu y penser plus tôt, c'était jeter un pavé dans la mare, si je puis dire en parlant de canards".


Sur le Centre de Formation


"Je suis très fier d'annoncer que ce projet est bouclé à 99%, hors recours administratif.  Pour nous, c'est un objectif, c'est un bien nécessaire pour l'essor du club, on a toujours misé sur la formation. Il fallait une infrastructure plus moderne, on posera une première pierre avant la fin de la saison. Le budget est de 5 millions d'euros sur un budget global du club de 22 millions. On se limite à des installations sportives pour le reste, on externalise. La formation et l'internat sont externalisés. Il n'est pas question de former des footballeurs ratés, vous connaissez les taux d'échec. On veut former des hommes, on veut qu'ils soient des hommes ouverts sur l'environnement. Ils vont dans les écoles de la ville et dans un foyer des jeunes travailleurs où l'apprenti footballeur fréquente l'apprenti boulanger.... Le footballeur n'est pas un être à part, c'est un jeune qui doit se construire. C'est tout l'esprit du club de Guingamp". 


Sur l'idée de Frédéric Thiriez, le président de la Ligue de réduire la championnat de 20 à 18 clubs


"Je crois qu'on peut féliciter le président de la ligue professionnelle de football d'avoir des idées, il faut l'encourager. Je l'invite à les partager davantage avec les véritables décideurs du football que sont les présidents de clubs. Et on verra...
Ce qui disparaîtrait, en dehors de Guingamp c'est un certain esprit du football, où le petit peut battre le gros. Si on s'éloigne de ça, on s'éloigne du public, il y aura une désaffection du public."



A lire aussi

Sur le même sujet

baptème du canot de l'île de Sein en avril 2016

Les + Lus