• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Le Gouren (lutte bretonne) victime de la crise

Tournoi de Gouren / © Fédération de Gouren
Tournoi de Gouren / © Fédération de Gouren

La fédération de Gouren se porte mal et vient de voter un plan de redressement financier pour 2014. Une première mesure qui risque de ne pas être suffisante pour redresser ses comptes. Aussi a-t-elle décidé de lancer un appel aux dons.

Par Eric Nedjar

 
20 000 euros (sur un budget de l’ordre de 270 000 euros), c’est ce qu’il manque dans les caisses de la fédération de Gouren ou "lutte bretonne" pour boucler son budget. De mémoire de licenciés, jamais depuis sa création en 1980, celle-ci n’a été confrontée à une telle situation. Après avoir voté un plan de redressement, les instances de cette fédération ont donc décidé de solliciter la générosité "des amis" du Gouren, qu’ils pratiquent ce sport ou non.
 
 

Le Gouren victime de la crise.

 
Principale cause de ce déficit : la baisse des subventions des collectivités locales. Conseils Généraux en tête mais aussi du Conseil Régionale. La crise est effet passée par là et quand il s’agit de réduire ses dépenses, il semble bien que le sport ou la culture (le Gouren œuvre sur les deux tableaux) ne font plus partis des priorités. La fédération s’est ainsi vue réduire le nombre de ses interventions, de stages d’initiation, dans les écoles ou les collèges. Un manque à gagner qui touche directement les 11 animateurs sportifs qu’elle emploie.
 
Ajoutez à cela un nombre de licenciés qui stagne et des dépenses non prévues, il n’en fallait pas plus pour mettre dans le rouge les comptes de la fédération. Pour éviter toute mesure de licenciement, celle-ci espère donc que la campagne de dons qu’elle vient tout juste de lancer lui permettra de combler son déficit en attendant des jours meilleurs.

 

Le Gouren en chiffre et en palmarès :
 

La Fédération de Gouren, aujourd’hui, c’est :
     – une cinquantaine de clubs et lieux d’entraînement en Bretagne ;
     – plus de 1 600 licenciés ;
     – près de 10 000 scolaires initiés chaque année ;
     – 11 permanents salariés (fédéraux et départementaux) ;
     – des succès grandissants tant en Bretagne qu’à l’extérieur : équipe senior championne d’Europe en 2011 à Ténériffe, équipes senior et féminine championnes d’Europe en 2013 à Reykjavik.


 
 
           

 

Sur le même sujet

Rencontre avec Jean Hourmant en 2015

Les + Lus