Les enjeux des municipales débattus dans La Voix est Libre

Isabelle Le Callenec, députée UMP de Vitré , Jean-Jacques Urvoas, député PS, Guy Hascoet, EELV (Europe Ecologie les Verts), Gilles Pennelle, FN (Front National) se sont retrouvés autour de la table avec Eric Pinault pour débattre de questions ayant trait aux enjeux des municipales en Bretagne.

© France 3 Bretagne

Sur le Pacte d'Avenir

Jean-Jacques Urvoas : Ce pacte d'Avenir, c'est une main tendue du gouvernement à la Bretagne et les Bretons l'ont saisie. On y voit des confirmations, des impulsions nouvelles, des choix pour soutenir l'investissement public, comme pour le logement et l'aquaculture par exemple et sinon ce sont des annonces comme pour le siège d'Ifremer à Brest. Je regrette que tout le monde ne soit pas venu, mais la porte n'est pas fermée car le travail ne fait que commencer.

Gilles Pennelle : Il n'y a rien à attendre de ce Pacte d'Avenir, on ne peut pas demander à ceux qui ont allumé l'incendie de l'éteindre. Les 2 Mds d'euros ça n'est qu'un effet d'annonce, ce ne sont que des crédits déjà budgétés.

Isabelle Le Callenec : Ce Pacte d'Avenir compile des dispositifs déjà existants, tant au niveau régional que national et sur les deux milliards d'euros, ce sont pour beaucoup des crédits déjà fléchés. De l'argent nouveau il y en a entre 20 et 40 millions d'euros. La Bretagne a un problème de compétitivité comme toutes les régions en France et on ne voit pas avec ce pacte ce qui va pouvoir sortir la Bretagne, mais pas seulement elle, du marasme dans lequel elle s'est enfoncée. Les Bretons attendent des actes. On a l'illustration avec ce pacte qu'on est dans la communication.

Guy Hascouët : Y'avait nécessité de prendre des mesures d'urgence, sur les questions sociales. mais là on se précipite en 6 à 8 semaines pour projeter des choses à 15 ou 20 ans. (...) Y'a toutes les innovations, les nouveautés qui devraient être dans le pacte, au coeur du pacte. On continue de financer les grosses infrastructures à centaines de millions ou à milliard et après qu'est ce qu'on va nous dire quand il s'agira de financer les industries nouvelles en énergie renouvelable, la rénovation de l'ensemble du parc des bâtiments, l'adaptation des réseaux électriques intelligents. Ce sont des tas de dossiers. Donc Pacte, oui, pacte d'avenir, non !

La décentralisation et la régionalisation

Jean-Jacques Urvoas : C'est une formidable opportunité. Il ne faut pas un statut particulier pour la Bretagne, il faut permettre à toutes les régions de se saisir de compétences et d'appliquer les règles nationales en fonction de la réalité géographique, ça c'est une vraie décentralisation. 


La montée du Front national

Gilles Pennelle : "On a posé les bonnes questions, on a fait les bons diagnostics et on a sans doute les bonnes réponses"

Guy Hascouët : Je note qu'il y a une exploitation de toutes les difficultés. Chaque fois c'est : on est là, vous êtes mécontents, on connaît la technique et ça résout pas les problèmes. Ce qui se passe dans ce pays c'est qu'à un moment donné on a laissé dériver des phénomènes, avec des décrochage de territoires en terme d'emploi.

Le ras le bol fiscal

Jean-Jacques Urvoas : la fiscalité n'est qu'un moyen, pas une fin. Il faut s'intéresser à l'utilité de l'impôt, si on considère que la collectivité doit assumer une forme d'investissement public.. 

Isabelle Le Callenec : L'annonce de pause fiscale ne se traduit absolument pas dans les faits, il y a une dichotomie entre le discours et la réalité. depuis que les Socialistes sont aux affaires, on a 33 milliards d'impôt de plus sur 2012 et 2013 et l'année prochaine ce sera 12 milliards de plus. Le minimum, et c'est ce que l'UMP suggère, c'est qu'aux élections municipales, il y ait un engagements de nos candidats sur une vraie pause fiscale, une maîtrise de l'impôt.

Jean-Jacques Urvoas : Nous avons fait trois choix, baisser les dépenses de l'Etat, c'est difficile, ça signifie des fermetures de structures, nous avons encore augmenté la pression fiscale, il ne faut pas se mentir, il fallait diminuer la dette, troisièmement, nous allons augmenter la compétitivité des entreprises et nous y mettons de l'argent. 


 




 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections municipales 2020
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter