Un Breton, jihadiste en Syrie, “cible prioritaire” pour l'antiterrorisme français

 David Drugeon, 24 ans, originaire de Vannes, est l'un des français combattants en Syrie les plus recherchés par les services antiterroristes français / © Le Parisien
David Drugeon, 24 ans, originaire de Vannes, est l'un des français combattants en Syrie les plus recherchés par les services antiterroristes français / © Le Parisien

Un Vannetais de 24 ans, David Drugeon, est parti faire le jihad en Syrie. Il est même devenu une « cible prioritaire » pour les services antiterroristes français. Une information révélée par nos confrères du Parisien.

Par Nicolas Corbard avec Le Parisien

C’est un jeune homme comme les autres. David Drugeon, né à Vannes en novembre 1989, est pourtant devenu l’un des terroristes les plus recherchés par les autorités françaises.

Un père contrôleur de bus, une mère ouvrière dans une usine de volailles. David est inscrit à l’école Brizeux, puis au collège Antoine de Saint-Exupéry à Vannes jusqu’en 1999. Une scolarité normale pour ce jeune homme qui grandit dans le quartier de Ménimur.

Adolescent, il se convertit à l'Islam


Mais en 2002, ses parents divorcent. Avec son frère aîné, il se met en quête de spiritualité. Tous deux se convertissent à l’Islam. En 2005, il entre au Lycée Pierre Mendès France à Rennes.

Là, aux heures des prières ou au moment du Ramadan, il lui arrive de plus en plus fréquemment de s’échapper des cours pour se recueillir dans l’enceinte même du lycée.

Selon nos informations, le proviseur de l’époque lui demande d’arrêter. En 2006, David préfère quitter le lycée pour vivre pleinement sa religion.

Pour le reste, son dossier scolaire ne fait état d’aucun incident. David est un élève sans problème.

 / ©
/ ©


Radicalisation et rencontre avec Mohamed Merah


A 19 ans, il exerce la profession de chauffeur routier pendant quelques mois. Mais très vite il fait un premier voyage en Egypte. Il y retourne en 2009, avant de se radicaliser.

En 2010, le voilà au Waziristân, aux portes de l’Afghanistan et du Pakistan, indique le journal Le Parisien.

Il rejoint Al-Qaïda et s’entraîne au côté des jihadistes dans cette zone tribale souvent qualifiée d’inaccessible.

Un exploit. Mohamed Merah, lui, n’y est resté qu’une dizaine de jours. Il est probable que les deux Français se soient d’ailleurs rencontrés.

Une des têtes d'Al-Qaïda ?


David devient « Daoud », c'est ainsi que se prononce son prénom en Arabe. Daoud est aussi l’un des prophètes de l’Islam. Il devient proche d’un des lieutenants de Ben Laden.

Son groupe armé participe à plusieurs attentats au Kazakhstan et en Afghanistan, puis il combat en Syrie au côté des anti Bachar el-Assad.

Aujourd’hui Daoud serait davantage qu’un simple combattant. Il ferait parti des rares occidentaux à avoir des responsabilités dans la hiérarchie d’Al-Qaïda.

Enquête des juges antiterroristes


Depuis le 17 janvier dernier, toujours selon Le Parisien, trois juges d’instruction du parquet antiterroriste de Paris enquêtent sur David Drugeon.

Daoud est une « cible prioritaire » pour les Français et les Américains, « un gros poisson » témoigne un magistrat antiterroriste

Les autorités surveillent un éventuel retour en pays. Une centaine de français ayant combattu en Syrie, eux, sont déjà revenus entre mars 2011 et février dernier.

Acceptes l'islam pour religion, pour que l'on puisse se retrouver au paradis.


Mais la dernière fois que les parents de David ont eu de ses nouvelles, c’était en 2010.

Dans une lettre il écrivait à chacun d’eux : « Si l’on ne se revoit pas, alors je souhaite que tu acceptes l’islam pour religion, pour qu’on puisse se retrouver au paradis".

Le portrait de David Drugeon par le journal Le Parisien:


 

Sur le même sujet

Les + Lus