Internet : tous les Bretons peuvent créer leur site en .bzh

Publié le Mis à jour le
Écrit par Leïla Marchand
Capture d'écran du site de présentation .bzh.
Capture d'écran du site de présentation .bzh.

Les adresses de sites bretons pourront désormais se terminer par .bzh. Après dix ans de travail, la Bretagne devient la première région française à lancer sa propre extension. Afficher son identité bretonne, promouvoir la culture régionale... Le .bzh est déjà opérationnel sur plusieurs sites.

Qu'est-ce qu'un .bzh ?

Tout au bout de l'adresse de chaque site, il y a une extension, souvent en ".com" ou en ".fr". C'est l'Icann, l'agence américaine qui se charge de les gérer. Elle cherche progressivement à les personnaliser pour permettre aux moteurs de recherche de mieux les indexer.
Le ".fr" est apparu quand l'agence a décidé de créer une extension par pays. Les ".univ" sont apparus ensuite pour les universités, les ".org" pour les associations, les ".gouv" pour les gouvernements. Google et Amazon sont les champion des dépôts de dossier à l'Icann avec des demandes comme .android, .kindle, .mov, .book, .game et même .love.

Quel intérêt de créer cette extension régionale ? 

L'association .bzh, qui porte le projet, soutient que "disposer d’une extension .bzh pour son site Internet, c’est tout d’abord véhiculer l’image de la Bretagne". Le raccourci pour "Breizh" est connu. Toute entreprise, association ou collectivité bretonne peut ainsi afficher son identité et communiquer "une touche bretonne" sur son site. La Bretagne sera visible dans cette toile gigantesque qu'est le web, Google pourra mieux identifier les sites liés à la région.

Pourquoi la Bretagne est-elle la première région retenue ?

La Bretagne devient la première région française à disposer de sa propre extension internet. Ailleurs, les Catalans avaient ici été autorisés à avoir leur propre suffixe en tant que région. Un succès avec 40 000 noms de domaines créés.
Ici, c'est l'association .bzh, soutenue par le Conseil régional, qui travaille sur le projet depuis 2004. Après avoir construit le dossier de candidature, réuni les fonds nécessaires et répondu à l’ensemble des conditions juridiques et techniques demandées, l'association a finalement obtenu, en mai 2013, l'accord de l'Icann. Mais la concrétisation a pris encore un an ! C'est à partir de ce mois-ci que les extensions deviennent opérationnelles.

Qui peut déjà en profiter ?

Les premières adresses activées renvoient pour l'instant, vers deux sites : celui de l’association, www.pik.bzh (« pik » signifie « point » en breton) et celui de la Région Bretagne,
www.region.bzh. Dès l'été, ce sera aux tours des sites partenaires d'en profiter. Et la phase de commercialisation s'ouvre en septembre. Les premiers à pouvoir faire une demande seront les détenteurs de marques, et les seconds, en novembre, les collectivités, associations et acteurs économiques. 

Comment puis-je avoir mon site ou mon adresse en .bzh ?

A partir de décembre , le ".bzh" sera accessible à tous. Quiconque se sent un attachement avec la Bretagne pourra s'en prévaloir à travers l'adresse de son site internet ou de son mail. Il faudra quand même au préalable déposer une demande auprès des bureaux d’enregistrement agréés, gérés par l'association.
Pour les plus chanceux, un jeu-concours est organisé pour gagner son adresse mail personnalisée.

Combien ça coûte ?

Le prix d'achat n'est pas encore communiqué. Il sera composé "de la redevance versée au registre .bzh et d’éventuels services complémentaires (courrier électronique .bzh, gestion du DNS, espace web, service d’aide,...)." L'association Pik assure qu'elle "met tout en oeuvre pour fournir l’extension à un prix le plus accessible possible". L'objectif est même de le baisser progressivement, à l’exemple de l’extension catalane .cat qui est passée de 75 euros lors de son lancement à un prix de vente de 15 euros actuellement.

Pratique

Demande d'infos via le mail : info@pointbzh.com
Site de l'association Pik : www.pik.bzh

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.