• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

C'est à Brest qu'il y a le plus d'hommes célibataires

Ce contenu n'est plus disponible

C'est une enquête de Slate d'après laquelle il y aurait plus d'hommes célibataires en Bretagne qu'ailleurs. Et surtout à Brest où il y aurait 156 hommes pour 100 femmes, puis Rennes, Quimper et Lorient. Mesdames, faites votre choix!

Par Sylvaine Salliou

C'est une enquête de Slate qui révèle qu'il y a beaucoup d'hommes célibataires en Bretagne. Qu'en dites-vous Mesdames ? A Brest, première ville masculine au palmarès des villes de plus de 60.000 habitants, il y a 156 hommes pour 100 femmes. A Rennes, il y en a 131 pour 100 femmes,  123 à Quimper et 121 à Lorient.

Selon l'enquête, le célibat des jeunes urbains est masculin. C'est notamment la conséquence d'un âge moyen de mise en couple plus élevé chez les hommes. La carte du surnombre d'hommes célibataires pour 100 femmes fait apparaître plusieurs types de villes masculines:

des villes industrielles et portuaires comme Saint-Nazaire ou Lorient, avec une dominante militaire comme Brest ou Toulon. 
– des villes d'immigration comme Aubervilliers, qui se classe au premier rang des villes de plus de 60.000 habitants avec le plus fort déséquilibre hommes/femmes chez les jeunes (148 hommes pour 100 femmes ne vivant pas en couple) ou Nanterre.
– des villes d'ingénieurs-scientifiques comme Antibes (avec la technopole de Sophia Antipolis), deuxième ville d'hommes après Aubervilliers: 142 hommes célibataires pour 100 femmes. On pourrait y ajouter Brest et Rennes.

D'après les journalistes, la relation entre richesse et masculinité commence à apparaître: les hommes sont plus présents dans les villes où l'économie est dynamique, les femmes surreprésentées dans les villes du Sud, plus populaires

 / © Slate
/ © Slate

 

La méthode de Slate

Plutôt que de présenter un classement des villes qui comptent le plus de célibataires, les journalistes de Slate ont calculé l'écart entre le nombre d'hommes et de femmes qui affirment ne pas être en couple. Cet écart est en général ramené au nombre d'hommes pour 100 femmes, le rapport de masculinité: mais ce pourcentage accorderait les premières places à de très petites communes où il suffit de variations de quelques dizaines de personnes célibataires d'un sexe ou de l'autre pour faire évoluer ce ratio. Nous avons donc limité ce classement aux 90 plus grandes villes de France, celles qui comptent plus de 60.000 habitants.

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus