• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Attentat contre Charlie Hebdo : les réactions en Bretagne

Ce message inonde les réseaux sociaux en réaction à la fusillade qui a fait au moins douze morts dans les locaux du journal Charlie Hebdo / © Via twitter
Ce message inonde les réseaux sociaux en réaction à la fusillade qui a fait au moins douze morts dans les locaux du journal Charlie Hebdo / © Via twitter

Après le terrible attentat contre Charlie Hebdo hier à Paris, outre les multiples rassemblements dans la région, qui ont réuni des milliers de personnes, dès hier soir, les réactions en Bretagne sont très nombreuses, toutes pour exprimer l'horreur et le besoin d'union.

Par Krystell Veillard

"Parce qu'ils savaient qu'il n'y a pas de pays libre, pas de citoyens libres, sans liberté de la presse, sans le droit d'informer, de penser, de critiquer ou de dénoncer, les victimes de Charlie Hebdo ont eu le courage de s'élever contre les semeurs de haine,  d'intolérance, de dogmatisme.  Ils sont morts d'avoir été jusqu'au bout de leurs convictions, de leur attachement aux valeurs de la République, tués par des fanatiques dont l'immonde barbarie génère de l'horreur et de la répulsion." 
Jean-Louis Tourenne, président du Conseil Général 35

En s’attaquant délibérément à un organe de presse, les terroristes ont voulu frapper un symbole de liberté et de démocratie. 
Le Club de la presse de Rennes

Profondément choquée par cet acte odieux, attristée et en colère, la CGT 22 rappelle et salue le courage de ces hommes et ces femmes qui chaque jour, chaque semaine, malgré les intimidations et les menaces, défendent la liberté de pensée et la liberté d’expression dans notre pays.

La liberté d’expression, de la presse et plus largement la démocratie, a été violemment attaquée aujourd’hui. Dans ce moment difficile, tous les démocrates doivent se rassembler pour défendre ces principes qui sont le ciment d’une société libre. Ce sont des libertés qui ne se négocient pas. Elles ne sauraient être mises à mal tant par l'autoritarisme que par le terrorisme. L'Union Démocratique Bretonne

En exécutant ces journalistes, c’est la liberté de la presse et le pluralisme qui ont été attaqués. Nous sommes d’autant plus émus que nous connaissions certains de ces journalistes, qui n’hésitaient pas à prêter leur plume pour dénoncer l’horreur des guerres, les attaques contre les droits sociaux et démocratiques aux côtés des organisations progressistes. L’heure est pour l’instant au recueillement et à la solidarité de toutes les forces démocratiques.
Les jeunes communistes d'Ille et Vilaine

Face à la barbarie, il ne peut y avoir qu’une seule réponse : le rassemblement de tous les Français, le front de tous les républicains, l’unité d’une Nation qui ne renoncera pas à ses valeurs.
Ce soir, la République est en deuil.
Mais plus que jamais, la République est notre combat.
Un combat pour la tolérance.
Un combat pour la fraternité.
Un combat pour notre liberté.
Oui, ce soir, nous sommes tous Charlie.
Nathalie Appéré, Maire de Rennes

Les conditions atroces de la mort de Cabu, Wolinski, Charb et de tous leurs camarades, membres d’une rédaction se sachant depuis si longtemps menacée, nous bouleversent profondément. Toutes et tous ont défendu la liberté de la presse au péril de leur vie. Jusqu’à la sacrifier. Cela mérite pleinement hommage et compassion. Pour être dignes d’eux, nous devons rester calmes et vigilants, et surtout refuser tout amalgame, notamment le pire de tous : celui que certains tenteraient d’établir entre islam et terrorisme. La liberté d’opinion et d’expression constitue un lien puissant entre nous. Elle ne fait jamais débat. Nous y sommes attachés par-dessus tout.
Or, elle a été attaquée hier avec une brutalité et une cruauté inouïes. La gravité de cet attentat nous incite à revenir à l’essentiel. Cette cause dépasse de très loin nos clivages politiques locaux. Il y aura un avant et un après « Charlie Hebdo ». Recentrons-nous donc encore plus fermement sur les valeurs de la République à l’échelle de nos territoires ! 
Ludovic Jolivet, Maire de Quimper

"Je tiens à rendre hommage aux journalistes qui défendent chaque jour la liberté d'expression, symbole de notre démocratie, terre des droits de l'Homme.
Je suis bouleversé par cet acte odieux et barbare qui bafoue nos principes et symboles essentiels et qui a coûté la vie à 12 fantassins de la Démocratie de Charlie Hebdo mais aussi à celles de deux policiers qui défendent et protègent chaque jour nos concitoyens et la démocratie.
Claude Renoult, maire de Saint-Malo

L’effroyable attentat qui frappe notre pays heurte au-delà de toutes sensibilités républicaines. Et face à la menace, l’Union est la première des réactions. La liberté d’expression est un bien précieux. Cette barbarie ne saura l’affecter. Notre Nation doit faire front uni et républicain. 
Marie Anne Chapdelaine, députée d'Ille et Vilaine.

Les mots ne suffiront pas pour surmonter l’événement. Il faudra la mobilisation de tous. 
Marcel Rogemont, député

Aucune considération, de quelque nature que ce soit, ne peut justifier de tels agissements. C'est dans l'unité que tous les démocrates doivent condamner cet acte barbare et défendre  ensemble les valeurs citoyennes et républicaines de la France, de ses institutions et de la population. Nous devons ensemble refuser l'engrenage  de la peur, de la terreur et de la violence que recherche un tel crime.
Comité de Rennes du Mouvement de la paix

Le Parti Breton refuse tout amalgame avec la communauté musulmane. Pour autant, cet attentat commis au nom de l'Islam, interpelle directement les musulmans et l'islam lui-même. Aux musulmans humanistes et de bonne volonté de déterminer expressément les valeurs intrinsèques de leur religion pour qu'elles soient compatibles avec les valeurs occidentales de la démocratie et de la liberté d'expression laïque.

La barbarie à Charlie Hebdo me terrifie. Comment un tel assassinat est-il possible ? Pourquoi ?  Ma pensée va aux familles si meurtries. Je pense aussi à notre vivre ensemble. Plus que jamais, protégeons notre fraternité. Sauvegardons notre liberté d’expression. Respectons nos différences dans le dialogue. Aucune croyance ne justifie la violence. Quelle que soit la religion, Dieu est un Dieu de paix. Quelle que soit la conviction de nos consciences, construisons ensemble notre fraternité, ce bien si précieux et si indispensable ! Notre commune humanité nous y oblige tous et chacun ! 
Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes

Sur le même sujet

Interview d'Aymeric Lesné

Les + Lus